Guenièvre

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Yves Palisse
publié le 10 avril 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Guinevere and Lancelot (by Internet Archive Book Images, Public Domain)
Guenièvre et Lancelot
Internet Archive Book Images (Public Domain)

Guenièvre est la reine de l'île de Bretagne, l'épouse du roi Arthur et l'amante de Sir Lancelot dans les légendes arthuriennes, mieux connues sous leur forme normalisée dans Le Morte d'Arthur de Sir Thomas Malory (1469). Elle apparaît pour la première fois dans l'Histoire des rois de Bretagne de Geoffroy de Monmouth (1136) en tant qu'épouse d'Arthur. Elle est alors enlevée par son neveu Mordred et doit être sauvée par Arthur, mais son personnage reste peu développé jusqu'à ce que Chrétien de Troyes (écrit vers 1159-1190) ne la place au centre de l'intrigue de son Lancelot ou le chevalier de la charrette (vers 1177).

Chrétien introduisit l'histoire d'amour entre Lancelot et Guenièvre, et les écrivains qui suivirent Chrétien développèrent l'intrigue Arthur-Guinevere-Lancelot jusqu'à son traitement le plus complet dans l'œuvre de Malory. Guenièvre est dépeinte comme une femme trompeuse, traîtresse, séductrice et comme une épouse honnête et aimante empêtrée dans des circonstances indépendantes de sa volonté, mais toutes les tentatives pour la définir de manière définitive aboutissent à des échecs. Tout au long des récits arthuriens, elle est constamment enlevée et secourue, ce qui fait d'elle l'archétype du personnage littéraire de la demoiselle en détresse du haut Moyen-Âge. Les auteurs contemporains prétendent qu'elle aurait pu être un personnage historique mythifié après sa mort comme une 'Perséphone celtique' ou qu'elle représente la souveraineté de la Grande-Bretagne, tandis que d'autres prétendent qu'elle symbolise la déesse Sophia (sagesse) telle qu'elle était conçue par les Cathares. Aucune de ces hypothèses ne fait l'objet du moindre consensus dans les milieux académiques, ce qui met en évidence la nature insaisissable de Guenièvre, tout aussi difficile à définir pour les lecteurs que pour les seigneurs et les chevaliers rencontrés dans les contes où elle apparait.

Supprimer la pub
Advertisement

Origine chez Geoffroy de Monmouth

Geoffroy de Monmouth (c. 1100-1155) établit les grandes lignes de la légende arthurienne dans son Histoire des rois de Bretagne, où l'on retrouve de nombreux personnages centraux qui seraient développés plus tard par d'autres auteurs, dont Guenièvre. Geoffroy l'appelle Gwenhuvara, du nom gallois Gwenhwyvar. Le nom de Gwenhwyvar apparaît dans le folklore gallois antérieur, faisant référence à une femme de mauvaise réputation. Selon Norris J. Lacy, spécialiste de l'art arthurien:

Les Gallois ont maintenu la tradition de son infidélité, la blâmant à tel point que dans certaines parties du pays, aussi récemment qu'à la fin du siècle dernier, il était considéré comme une insulte au caractère moral d'une fille de l'appeler Guenièvre. (262)

On ignore ce qu'a bien pu faire cette première Gwenhwyvar, mais dans l'œuvre de Geoffroy, elle est simplement la reine d'Arthur, une pupille du seigneur Cador de Cornouailles, et une femme d'une grande beauté aux origines romaines. Lorsqu'Arthur quitte la Bretagne pour faire la guerre sur le continent, il confie Guenièvre à son neveu Mordred, qui la séduit et usurpe le trône. Arthur revient pour sauver sa reine et son royaume, mais Guenièvre, rongée par un sentiment de culpabilité, fuit le royaume et entre au couvent. Mordred trouve la mort au combat et Arthur, mortellement blessé, est emmené sur l'île d'Avalon.

Supprimer la pub
Advertisement

Geoffrey of Monmouth
Geoffroy de Monmouth
ndl642m (CC BY-NC-ND)

Quant à Geoffroy, il ne fournit aucun détail sur l'adultère de Guenièvre, se contentant d'écrire :

On rapporta à [Arthur] que son neveu Mordred, à qui il avait confié la charge de gouverner Bretagne, avait tyranniquement et traîtreusement placé la couronne de son royaume sur sa propre tête et s'était lié par une union impie avec la reine Gwenhuvara, en dépit de son premier mariage. (Livre X.13)

Des auteurs plus tardifs tels que Wace (c. 1110-1174) et Layamon (vers la fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle) dépeignent Guenièvre comme complice du coup d'État de Mordred, mais leur opinion reste minoritaire et la plupart des auteurs suggèrent qu'elle n'a pas eu le choix puisqu'elle a été séquestrée par Mordred en même temps que la royauté. L'écrivain gallois Caradoc de Lancarvan (XIIe siècle), un collègue de Geoffroy, donne le premier récit connu de l'enlèvement de Guenièvre dans sa Vie de Gildas (écrite vers 1136-1150). Elle y est enlevée par le seigneur Melvas, roi du pays de l'été, et séquestrée pendant plus d'une année, tandis qu'Arthur la recherche. Une fois qu'il l'a retrouvée, il se prépare à détruire le royaume de Melvas, mais Gildas apparaît avant le début des hostilités et résout le conflit de manière pacifique: Guenièvre est rendue à Arthur et Melvas conserve son royaume intact. Comme Geoffroy, Caradoc ne donne aucun détail sur le rôle de Guenièvre dans toute cette histoire. Elle reste un personnage figé, sans personnalité ni impact sur l'intrigue, si ce n'est qu'elle est la reine d'Arthur et qu'il doit la secourir.

Chrétien de Troyes et Marie de France

Guenièvre apparaît pour la première fois en tant qu'individu dans les œuvres de Chrétien de Troyes et de Marie de France (écrites vers 1160-1215), deux poètes provençaux associés à Aliénor d'Aquitaine (née vers 1122-1204) et à sa fille Marie de Champagne (née vers 1145-1198). Aliénor et sa fille étaient les protectrices d'un certain nombre de poètes écrivant dans le genre de l'amour courtois, un médium poétique très raffiné de la littérature médiévale présentant le concept véritablement nouveau de femmes fortes aux caractères clairement définis. Éléonore et Marie ont très probablement servi de modèles à un certain nombre de ces femmes, et Chrétien (qui était protégé par Marie) déclare ouvertement dans son introduction à son Lancelot que l'histoire lui a été confiée par Marie, qui lui a demandé de la présenter sous la forme d'une poésie.

Supprimer la pub
Advertisement
GUINEVERE APPARAÎT POUR LA PREMIÈRE FOIS EN TANT QU'INDIVIDU DANS LES ŒUVRES DE CHRETIEN DE TROYES ET DE MARIE DE FRANCE.

Comme aucune des œuvres de Marie de France ne peut être datée avec certitude, il n'est pas possible de dire si son poème intitulé Lanval est antérieur au Lancelot de Chrétien. Il est probable que l'œuvre de Marie soit postérieure car elle inverse fréquemment un paradigme central de l'amour courtois (dans lequel une femme a besoin d'un homme pour la secourir) et fait en sorte que les femmes se sauvent elles-mêmes, qu'elles sauvent un homme, ou les deux à la fois. Dans son poème, le personnage principal est Lanval, un chevalier de la cour d'Arthur, qui s'exile après s'être senti offensé et trouve refuge dans le domaine de la reine des fées. Ils tombent amoureux l'un de l'autre et il passe quelque temps auprès d'elle avant d'éprouver le désir de retourner à la cour. La princesse lui fait jurer de garder le secret sur leur amour et, s'il le fait, elle viendra à lui quand il aura le plus besoin d'elle. Lanval le lui promet et s'en va.

De retour à la cour, Lanval est sollicité par Guenièvre, dépeinte comme une séductrice sulfureuse, infidèle au roi avec ses propres chevaliers. Comme Lanval la repousse, elle l'accuse de lâcheté, puis d'homosexualité, car aucun 'homme véritable' ne saurait la refuser. Estimant qu'il doit sauvegarder son honneur, Lanval explique à Guenièvre qu'il ne peut avoir de relations sexuelles avec elle parce qu'il est amoureux de la princesse des fées, ce qui revient à rompre son vœu. Guenièvre, dans un retournement de situation inspiré de l'histoire de Joseph dans le livre biblique de la Genèse, se précipite chez Arthur et accuse Lanval d'avoir essayé de la séduire. Arthur fait arrêter Lanval et le traduit en justice. Il semble bien être perdu et, alors même qu'il évoque sa princesse des fée, il ne s'attend pas à ce qu'elle lui vienne en aide, puisqu'il a brisé son serment. Elle apparaît néanmoins au dernier moment pour le sauver, le hissant en croupe sur son cheval pour partir en direction de son royaume.

Cette histoire est probablement postérieure à l'œuvre de Chrétien pour deux raisons :

  1. Son Lancelot était une lecture populaire et l'inversion par Marie du sauvetage d'un chevalier par une dame ne pouvait manquer de susciter l'intérêt du public.
  2. La Guenièvre de Marie emprunte l'attitude de confiance et d'arrogance qui caractérise la Guenièvre de Chrétien.

Dans le Lancelot de Chrétien, Guenièvre est enlevée par le seigneur Méléagant et enfermée dans une haute tour. Les chevaliers d'Arthur se lancent à sa poursuite, mais Lancelot les devance tous, chevauchant avec tant d'ardeur que son cheval s'effondre sous lui et qu'il doit poursuivre sa route à pied. Il rencontre un nain conduisant une charrette qui lui promet de le mener à la reine s'il accepte de monter dans la charrette. Les charrettes étant associées aux criminels et aux classes sociales inférieures, Lancelot hésite un court instant, mais accepte bientôt de monter dans la charrette. Il subit ensuite humiliations et quolibets tout au long de son voyage vers le pays de Méléagant pour être monté dans une charrette, mais il atteint rejoint finalement Guenièvre et tente de la délivrer. Elle refuse cependant ses avances car elle l'a vu hésiter avant de monter dans la charrette, ce qui lui prouve qu'il accorde plus d'importance à sa réputation et à son honneur qu'à ses devoirs envers elle. Lancelot doit alors la reconquérir en acceptant d'abord de perdre contre des adversaires indignes de lui lors d'un tournoi, puis en triomphant d'eux lorsque Guenièvre le lui ordonne. À la fin, il tue Méléagant et libère la reine, qui le récompense en l'embrassant poliment en public, même si, en privé, ils sont devenus amants.

Supprimer la pub
Advertisement

Lancelot Brings Guinevere to Arthur
Lancelot présente Guenièvre à Arthur
Amy G (CC BY)

Marie et Chrétien lui attribuent tous deux une personnalité distincte, dont les actions sont motivées par des raisons précises. Dans l'histoire de Marie, Guenièvre n'aime pas son mari et s'ennuie, aussi a-t-elle des aventures avec les chevaliers d'Arthur. Dans le récit de Chrétien, Guenièvre semble aimer Arthur mais, comme dans le paradigme de Tristan et Iseult, son véritable amour est le meilleur ami et le plus grand chevalier d'Arthur, Lancelot.

Guenièvre en tant que déesse

Les chercheurs actuels soutiennent que le caractère et les actions de Guenièvre possèdent une signification plus profonde que celle d'un simple divertissement pour les cours de l'Europe médiévale. Roger Sherman Loomis affirme que Guenièvre est une 'Perséphone celtique' qui, comme la déesse grecque, 'meurt' puis 'renaît' grâce à son enlèvement et à son sauvetage (qui se produisent dans un certain nombre d'autres contes après celui de Chrétien). Son infidélité fait écho aux anciennes déesses de la fertilité qui ne peuvent être soumises aux mêmes normes que les simples mortelles. Par conséquent, il convient de ne pas juger Guenièvre, mais plutôt de l'admirer pour avoir été fidèle à son moi divin dans une culture qui attendait des femmes qu'elles se soumettent éternellement aux désirs des hommes.

LES LÉGENDES ARTHURIENNES ONT CONTINUÉ À SE DÉVELOPPER AU XIIIE SIÈCLE, MAIS LES AUTEURS ONT DE PLUS EN PLUS CHRISTIANISÉ LES RÉCITS.

L'écrivain Caitlin Matthews affirme que Guenièvre est la version britannique d'Eriu (Eire), la déesse de la souveraineté de l'Irlande, ce que confirme la tradition galloise selon laquelle Arthur était marié à trois Guenièvres différentes qui correspondent toutes à une fraction de la déesse celtique tripartite. Les trois Guenièvres sont les reflets des déesses celtes Eriu, Banba et Fodla d'Irlande. Les rapts dont elles sont victimes représenteraient différents dirigeants temporels tentant de conserver la souveraineté qui ne peut être revendiquée par un seul monarque, mais qui appartient au peuple.

Supprimer la pub
Advertisement

L'écrivain Denis de Rougemont, entre autres, a suggéré que la poésie de l'amour courtois en général, et celle de Marie de France et de Chrétien de Troyes en particulier, sont des représentations allégoriques de la secte hérétique des Cathares, qui fleurissait dans le sud de la France à l'époque où ces poètes écrivaient. Les Cathares s'opposaient aux enseignements de l'Église catholique, affirmant qu'ils étaient corrompus, que la majeure partie de la Bible avait été écrite par Satan et que le clergé catholique n'était rien de plus que des hypocrites corrompus qui se souciaient davantage de richesse et de plaisir que de servir leurs semblables. La déesse Sophia (sagesse) était au cœur des croyances cathares et Rougemont affirme que le personnage de la dame dans les poèmes d'amour courtois est Sophia et que le chevalier est le cathare fidèle qui la sert et doit la protéger ou la délivrer de son ravisseur, l'Église. Selon cette théorie, Guenièvre est retenue par Arthur, défenseur de l'Église, et est sauvée par Lancelot, le chevalier français qui ne connait d'autre allégeance que son dévouement à sa dame.

Le cycle de la Vulgate et Malory

S'il est vrai que la poésie du sud de la France du XIIe siècle était en fait une allégorie religieuse hérétique, son message a été brusquement réduit au silence par la croisade des Albigeois (1209-1229), qui a anéanti les Cathares ainsi que la culture de la région. Les légendes arthuriennes ont continué à se développer au XIIIe siècle, mais les auteurs ont de plus en plus christianisé les récits, de sorte que le Graal (présenté par Chrétien comme un simple récipient magique) est devenu la coupe du Christ lors de la dernière Cène et que le but des chevaliers d'Arthur dans leurs quêtes n'est plus la romance chevaleresque, mais la recherche du Saint Graal.

Ces récits ont toutefois continué à captiver le public et ont été traduits en prose dans l'œuvre connue sous le nom de cycle de la Vulgate (1215-1235, également connu sous le nom de cycle Lancelot-Graal). Cette œuvre est importante car c'est la première fois que le matériel arthurien est présenté en prose. Auparavant, les romances étaient écrites sous forme de poésie, tandis que la prose était réservée aux ouvrages sérieux sur l'histoire, la philosophie ou la théologie. Le fait que la légende arthurienne ait été jugée digne d'être traitée en prose est un détail révélateur de son importance. Cette œuvre a ensuite été éditée entre 1240 et 1250 de notre ère pour en améliorer la clarté et la forme ; la version ainsi révisée est connue sous le nom de Cycle Post-Vulgate.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Knights of the Round Table
Les Chevaliers de la Table Ronde
Evrard d'Espinques (Public Domain)

Le cycle post-vulgate a été la source principale de Thomas Malory pour écrire Le Morte d'Arthur en 1469 de notre ère. Dans la version de Malory, Guenièvre est la fille du roi Léodagan de Carmélide, qui a servi le père d'Arthur, Uther Pendragon, et possède toujours la Table ronde qu'Uther lui a donnée. Elle est fiancée à Arthur après que celui-ci a aidé Léodagan à vaincre un roi rival, mais pour Arthur, le mariage est plus qu'une simple récompense ou le sceau d'une alliance. Au chapitre 18:1, Arthur voit Guenièvre pour la première fois et en tombe instantanément amoureux. Au chapitre 18:3, il dit à Merlin qu'il n'aura que Guenièvre pour épouse. Merlin l'avertit qu'elle ne sera pas fidèle et qu'elle tombera amoureuse d'un chevalier appelé Lancelot, et lui d'elle, et qu'ils le trahiront. Arthur explique à Merlin que tout cela n'a aucune importance et lui demande d'arranger le mariage. Léodagan envoie sa fille à la cour d'Arthur, accompagnée de la Table ronde et de cent chevaliers. La cérémonie de mariage est des plus grandioses, mais Guenièvre garde le silence pendant toute la durée de l'événement.


Cependant, quels que soient ses sentiments à l'égard de son mariage, Guenièvre fait preuve d'une parfaite courtoisie et d'une grâce exemplaire. Norris J.Lacy commente :

Elle est la reine épique de l'histoire et de la chronique, généreuse de ses dons aux chevaliers de la Table Ronde, et elle est aussi l'héroïne tragique de la romance, méritant notre pitié pour avoir été donnée en mariage à un homme qu'elle doit respecter mais qu'elle ne peut aimer, et condamnée à aimer un homme qu'elle ne peut épouser. (263)

Dès que Lancelot entre dans l'histoire, Guenièvre tombe amoureuse de lui aussi profondément qu'Arthur l'avait été pour elle. Tant que leur liaison reste secrète, tout va bien, mais lorsqu'ils se montrent plus ouvertement leur affection l'un pour l'autre, les soupçons se portent sur eux et Arthur est contraint d'agir contre sa femme et son meilleur ami. Lancelot s'échappe avant d'être arrêté, mais Guenièvre est emmenée et condamnée à être exécutée sur le bûcher. Arthur sait que Lancelot viendra sauver la reine, ce qu'il fait, et elle revient vers lui pour lui demander pardon. Arthur est encouragé à blâmer Lancelot plus que Guenièvre et, contre son gré, il mobilise son armée pour poursuivre son ancien ami. Il laisse Guenièvre et son royaume aux bons soins de Mordred (dans Malory, il est le fils illégitime d'Arthur) mais, comme dans Geoffroy de Monmouth, Mordred trahit Arthur et tente d'enlever Guenièvre et de s'emparer du pouvoir.

The Death of King Arthur
La Mort du Roi Arthur
John Garrick (Public Domain)

Arthur se précipite chez lui et affronte Mordred lors de la bataille de Camlann. Lancelot avait promis son aide mais il n'arriva jamais. Arthur tue Mordred mais est gravement blessé et quitte le champ de bataille avec l'aide de Sir Bédivère. La quasi-totalité des autres chevaliers d'Arthur trouvent la mort. Après avoir rendu Excalibur à la Dame du Lac, Bédivère aide Arthur à monter dans une embarcation qui l'emmène sur l'île d'Avalon. Guenièvre entre au couvent, où elle passe le reste de sa vie au service de ses semblables. Elle ne revoit Lancelot qu'une seule fois après son retour auprès d'Arthur, pour lui faire ses adieux et lui annoncer son intention de renoncer au monde. Il suit le même cheminement qu'elle, et Malory suggère qu'ils sont unis spirituellement d'une manière dont ils ne le seraient plus jamais physiquement.

Conclusion

Guenièvre joue un rôle important dans bien d'autres œuvres arthuriennes que celles mentionnées ici et n'a cessé de fasciner les lecteurs au fil des siècles. Le poète anglais Alfred, Lord Tennyson (1809-1892) a fait revivre la légende arthurienne dans ses Idylles du Roi en 1859 et dépeint Guenièvre comme une femme déchue qui reconnaît ses fautes et se fait pardonner par son seigneur. La Guenièvre de Tennyson reflète les valeurs de l'ère victorienne au cours de laquelle il écrivait, et tous les écrivains qui ont suivi depuis ont adopté le même paradigme. Même une simple observation de la façon dont Guenièvre a été représentée au cinéma au cours des 50 dernières années nous permet de constater qu'elle est constamment réimaginée afin de correspondre aux valeurs de la société du temps alors que les autres personnages des mêmes légendes restent plus ou moins les mêmes.

Dans la comédie musicale Camelot (version cinématographique de 1967), Guenièvre est une reine douce déchirée entre le mari qu'elle aime et les sentiments qu'elle éprouve pour son meilleur ami, tandis que dans Excalibur (1981), elle est un esprit libre et volage qui considère sa liaison avec Lancelot comme une simple partie de plaisir. Dans Lancelot, le premier chevalier (1995), elle est une femme indépendante qui se rebelle contre son mariage avec Arthur, un homme plus âgé qu'elle, et qui est attirée par Lancelot, le fringant chevalier du même âge qu'elle. Dans Le Roi Arthur (2004), elle est une princesse guerrière picte qui ne doit rien à aucun homme et qui choisit sa propre destinée. Aussi intéressantes que soient ces représentations, aucune d'entre elles ne capture mieux l'essence de Guenièvre que les récits médiévaux qui l'ont fait naître. Probablement plus que tout autre personnage littéraire, Guenièvre continue de susciter la fascination et de résister à toutes les tentatives de définition de sa personnalité.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Yves Palisse
Linguiste passionné d'Histoire, Yves P Palisse est un traducteur indépendant possédant des années d’expérience dans les domaines de la traduction, de l’analyse des médias et du service à la clientèle. Après avoir beaucoup voyagé dans toute l'Europe, Il a fini par poser ses bagages à londres en 1999. Il a une passion pour les sciences humaines, le droit et la justice sociale.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, avril 10). Guenièvre [Guinevere]. (Y. Palisse, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18102/guenievre/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Guenièvre." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. modifié le avril 10, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18102/guenievre/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Guenièvre." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 avril 2019. Web. 21 avril 2024.

Adhésion