Migration Bantoue

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Caroline Martin
publié le 11 avril 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Bantu Farmers (by Amplitude Studios, Copyright)
Fermiers bantous
Amplitude Studios (Copyright)

La migration du peuple bantou, depuis ses origines dans le sud de l'Afrique de l'Ouest, a vu un mouvement de population progressif balayer les parties centrales, orientales et australes du continent, à partir du milieu du deuxième millénaire av. JC, pour s'achever avant 1500 ap. JC. Avec eux, les Bantous ont apporté de nouvelles technologies et des compétences, telles que la culture de plantes à haut rendement et le travail du fer, qui ont permis de produire des outils et des armes plus efficaces. Finalement, les Bantous ont dominé, à l'exception de l'Afrique du Sud et du désert namibien, tout le continent africain au sud d'une ligne allant du sud du Nigeria au Kenya. Au total, quelque 500 langues parlées aujourd'hui dans cette vaste région sont dérivées de la langue proto-bantoue. Bien que la plupart des historiens s'accordent sur l'occurrence générale des migrations bantoues à travers l'Afrique, les dates précises, les motivations, les itinéraires et les conséquences font encore l'objet de débats.

Les Bantous

Les Bantous étaient des agriculteurs qui parlaient différents dialectes de la langue bantoue. Leur origine est au cœur des régions de savane et de forêt tropicale autour du fleuve Niger, dans le sud de l'Afrique de l'Ouest (Nigeria, Cameroun et Gabon actuels). À l'aide d'outils en pierre et en fer, ils réussirent à cultiver des plantes telles que le millet, le sorgho, le riz sec, les haricots, les palmiers à huile et les melons, mais à un niveau de subsistance, c'est-à-dire qu'ils ne cultivaient que ce qu'il fallait pour répondre à leurs besoins. Ils possédaient la technologie nécessaire pour créer du fer à partir du minerai de fer, mais on ne sait pas d'où elle venait, si ce n'est que les trois possibilités les plus probables sont les suivantes: le savoir fut introduit par les Phéniciens au nord, les Égyptiens ou les Koushites à l'est, ou il fut acquis localement et indépendamment.

Supprimer la pub

Advertisement

LES OUTILS EN FER DES BANTOUS AMÉLIORèrent LES RENDEMENTS AGRICOLES ET LEURS ARMES EN FER EN firent DE REDOUTABLES ADVERSAIRES MILITAIRES.

Les outils en fer du peuple bantou améliorèrent les rendements agricoles et leurs armes en fer en firent de redoutables adversaires militaires. Ils étaient également chasseurs, éleveurs d'animaux (chèvres, moutons et bovins), potiers, tisserands et commerçants, échangeant des biens tels que le sel, le cuivre et le minerai de fer contre les choses dont ils avaient besoin.

Migration vers l'est et le sud

Au cours du deuxième millénaire av. JC, de petits groupes de population bantoue commencèrent à migrer vers l'Afrique centrale, puis vers la région des Grands Lacs en Afrique de l'Est. Ce mouvement peut être retracé par l’étude des linguistiques - une technique connue sous le nom de statistique lexicale - l'observation de la proximité relative des langues locales entre elles et de la langue parlée à l'origine par le peuple bantou du delta du fleuve Niger: le proto-bantou. En même temps, il faut être prudent avec de telles études car le passage d'une langue ne reflète pas nécessairement la migration de ses locuteurs. On pourrait dire la même chose des pratiques culturelles et des technologies.

Supprimer la pub

Advertisement

Les historiens suggèrent que la raison de la migration des Bantous peut être une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • l'épuisement des ressources locales - terres agricoles, pâturages et forêts
  • surpopulation
  • famine
  • épidémies
  • concurrence accrue pour les ressources locales
  • guerres entre tribus rivales ou suite à des conflits de succession
  • changement climatique affectant les cultures
  • un esprit d'aventure

Ce sont les Bantous qui fondèrent les peuplements côtiers d'Afrique de l'Est, qui allait devenir, avec l'addition des commerçants musulmans d'Arabie et de Perse à partir du 7e siècle ap. JC, la côte swahilie. Depuis le sud de l'Afrique de l'Ouest (les Bantous de l'Ouest) et la vallée du Grand Rift de l'Afrique de l'Est (les Bantous de l'Est), deux courants de peuples bantous se déplacèrent ensuite vers le sud lors d'une deuxième vague de migration qui se produisit au cours du premier millénaire av. JC. Une troisième vague de migration, dans la première moitié du premier millénaire ap. JC, eut lieu lorsque les Bantous de l'Est se déplacèrent encore plus au sud, dans ce qui est aujourd'hui le Zimbabwe, le Botswana, le Mozambique et l'est de l'Afrique du Sud.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

The Great Enclosure, Great Zimbabwe
Le Grand Enclos, Grand Zimbabwe
Janice Bell (CC BY-SA)

Le processus de la migration bantoue a traditionnellement été considéré par les spécialistes comme un processus graduel de filtrage de village en village (avec parfois des retours en arrière) à travers une Afrique plutôt peu peuplée. Cependant, l'Histoire générale de l'Afrique de l'UNESCO donne un angle différent sur ce processus, du moins en ce qui concerne la première vague :

L'expansion principale des Bantous a été vaste et rapide, et non pas une série d'étapes graduelles comme certains l'ont soutenu. Mais il ne s'agissait ni d'une errance nomade sans but, ni d'une conquête militaire organisée. Il s'agissait d'un remarquable processus de colonisation - au sens propre du terme - l'ouverture de terres essentiellement vides. (Mokhtar, 320)

Les Bantous partagèrent leurs connaissances de la fonte du fer, de la fabrication de poteries et de l'agriculture avec des indigènes cueilleurs et des tribus nomades qu'ils rencontrèrent, dont beaucoup finirent par s'installer dans des communautés villageoises stables. Les dialectes bantous et certains aspects de la culture bantoue furent adoptés, bien que les migrants, il est important de le noter, aient également appris des peuples indigènes, en particulier dans des domaines tels que la culture de certaines céréales ou les techniques de pêche qui avaient été perfectionnées au cours des siècles pour tirer le meilleur parti des conditions environnementales locales spécifiques. En outre, de nombreuses pratiques culturelles - l'utilisation d'outils en pierre et en obsidienne, pour ne citer qu'un exemple - ont souvent continué à être utilisées parallèlement aux technologies supérieures du peuple bantou.

Les principales conséquences de la migration bantoue peuvent donc être résumées comme suit :

Supprimer la pub

Advertisement

  • la diffusion de la langue bantoue et des langues apparentées.
  • la diffusion de la technologie de la fonte et du forgeage du fer.
  • la diffusion des techniques de poterie.
  • la diffusion des outils et des techniques agricoles.
  • la déforestation, car le charbon de bois était nécessaire pour fondre le fer et les outils métalliques facilitaient le défrichage des forêts.
  • la diffusion de certains aliments dans de nouvelles régions, comme la banane plantain et l'igname.
  • l'augmentation du nombre de personnes vivant dans des villages, ce qui a entraîné la création de sociétés régionales plus distinctes, la formation de royaumes et le développement de la technologie.
  • le retrait de certains peuples indigènes vers des régions plus éloignées.

Comme les peuples que les Bantous rencontrèrent en étaient encore à l'âge de pierre en termes d'armes et de technologie, les migrants armés de fer et leur caste de guerriers spécialisés n' eurent aucun mal à s'imposer partout où ils allèrent. Leur technologie supérieure encouragea également les populations locales à accepter l’autorité bantoue. Certains groupes résistèrent à cette vague de culture bantoue, comme les «pygmées» qui se retirèrent dans les profondeurs des forêts tropicales d'Afrique centrale ou les groupes de chasseurs-cueilleurs de la savane, les San, qui se retirèrent également dans l'environnement inhospitalier et moins accessible du désert du Kalahari.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Caroline Martin
Française, ayant vécu au Royaume Uni pendant 20 ans, Caroline Martin est totalement bilingue. Lectrice passionnée depuis son plus jeune âge, elle a développé un amour de l'histoire qui remonte a ses années sur les bancs de l’école. Elle s'intéresse maintenant beaucoup à l'histoire en général et à la géopolitique.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, avril 11). Migration Bantoue [Bantu Migration]. (C. Martin, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18107/migration-bantoue/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Migration Bantoue." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. modifié le avril 11, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18107/migration-bantoue/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Migration Bantoue." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 avril 2019. Web. 03 oct. 2022.

Adhésion