Ife

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 26 mars 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, Turc
Brass Heads from Ife (by The British Museum, CC BY-NC-SA)
Têtes en laiton d'Ife
The British Museum (CC BY-NC-SA)

Ife est une ancienne ville africaine qui prospéra entre le XIe et le XVe siècle de notre ère dans ce qui est aujourd'hui le Nigeria en Afrique de l'Ouest. Ife était la capitale et le principal centre religieux du royaume Yoruba d'Ife, qui prospéra grâce à des relations commerciales avec d'autres royaumes ouest-africains. Ife est particulièrement célèbre aujourd'hui pour les magnifiques sculptures en métal produites par ses artistes, dont des têtes humaines d'apparence sereine si magistralement façonnées que les Européens les considéraient autrefois, à tort, l'œuvre d'une autre civilisation.

Située au Nigeria actuel le long de la côte guinéenne du sud de l'Afrique de l'Ouest, Ife contrôlait la forêt tropicale à l'ouest du delta du Niger. Ife fut fondée vers 500 EC par le peuple yoruba - peuple de langue kwa du sud-ouest du Nigeria et du Bénin - mais ne prospéra qu'au début du 2ème millénaire de notre ère. La culture Ife fut peut-être influencée ou reliée en quelque sorte au royaume d'Igbo-Ukwu, qui culmina au IXe siècle de l'autre côté du Niger, mais les détails de cette période de l'histoire dans le sud de l'Afrique de l'Ouest font défaut. Le royaume d'Ife avait disparu au XVIe siècle de notre ère pour des raisons qui nous sont encore inconnues.

Supprimer la pub

Advertisement

Lieu de la Création

Le peuple Yoruba considérait le site d'Ife comme le lieu exact de la Création, c'est-à-dire où les dieux descendirent du ciel et créèrent le monde tel que nous le connaissons. Cela fut fait par le dieu créateur Oduduwa qui sépara la terre de l'eau et créa toutes les créatures vivantes. Les enfants d'Oduduwa furent envoyés régner sur douze villes et devinrent ainsi leurs premiers rois et reines. Tous les dirigeants subséquents revendiquent descendre de ces personnages. À Ife même, le premier souverain divin était Oni, dont le nom signifie « roi ».

Les têtes de laiton d'Ife peuvent représenter des dirigeants, des dieux, des ancêtres vénérés ou furent utilisées à des fins religieuses.

Des fouilles archéologiques ont révélé que l'occupation d'Ife fut interrompue plusieurs fois, ce qui peut expliquer pourquoi on sait peu de ses premières pratiques culturelles puisque les traditions n'ont pas été transmises oralement aux générations suivantes. Le roi était probablement aussi le chef de la religion d'Ife - un mélange d'animisme, de fétichisme et de culte aux ancêtres. Des sacrifices et des offrandes étaient faits à la fois aux dieux et aux ancêtres. Il y avait (et il existe encore parmi les Yorubas aujourd'hui) une croyance en ce que le caractère d'une personne (iwa) reflétait son énergie intérieure (Ase) et que cette énergie est présente en toutes choses naturelles et divines. On pensait que l'énergie résidait principalement dans la tête d'une personne, ce qui peut expliquer pourquoi l'art de l'ancienne Ife se concentre généralement sur cette partie du corps. De plus, parce que l'énergie des gens puissants comme les chefs peut être dangereuse, il est nécessaire que leur bouche ou même tout le visage soit recouvert d'un voile - une autre caractéristique communément représentée dans l'art Ife. Ase est souvent représenté comme un cône, un autre symbole souvent vu dans les coiffures des représentations humaines dans la sculpture d'Ife.

Supprimer la pub

Advertisement

Map of Ancient & Medieval Sub-Saharan African States
Carte des états africains subsahariens en Antiquité et au Moyen-Âge
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Commerce

On sait très peu de choses sur l'appareil étatique d'Ife et comment il contrôlait son territoire. Même les informations sur l'économie de Ife sont rares. Il est probable qu'Ife, et toute la région de la forêt tropicale ouest-africaine en général, prospéra grâce à la technologie de fusion du fer qui pouvait produire des outils en fer comme la houe et, à son tour, produire de nombreuses récoltes d'aliments tels que le gombo, l'igname, les dattes, l'huile de palme et le poisson. Les marchandises qui pouvaient être échangées avec les royaumes au nord comprenaient les noix de cola, le poivre, l'or et l'ivoire. Des esclaves étaient également envoyés vers le nord et Ife était indirectement reliée aux routes commerciales de caravanes de chameaux qui traversaient le Sahara et atteignaient des villes telles que Tripoli sur la côte méditerranéenne. Les marchandises échangées contre celles fournies par Ife auraient été principalement du sel du Sahara et des articles de luxe pour l'élite Ife qui contrôlait le commerce. Les articles de luxe auraient inclus des épées, du cuivre, du laiton, des bijoux, des parfums et des chevaux.

Architecture Ife

Au début du XIe siècle EC, Ife était devenue une grande ville fortifiée avec plusieurs grands bâtiments en pierre et comprenant un palais, des ateliers et des sanctuaires. Certaines rues de la ville étaient pavées de tuiles en terre cuite pour les rendre plus résistantes à la pluie. De même, de nombreuses cours étaient pavées de petits morceaux de poterie et de cailloux de quartz pour créer des motifs géométriques. Certaines cours ont des autels constitués d'une structure semi-circulaire basse avec le col d'un récipient de poterie placé à l'intérieur. Malheureusement, la plupart des logements étaient fabriqués en argile, et ceux-ci ont disparu il y a bien longtemps, mais un indice de leur aspect décoratif original est la découverte de nombreux petits disques de poterie qui étaient collés à l'intérieur pour créer un effet mosaïque.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Ife Head Sculpture
Sculpture Tête de
The British Museum (Copyright)

Têtes sculptées d'Ife

Les sculptures métalliques de têtes humaines réalistes et de grandeur nature pour lesquelles Ife est célèbre aujourd'hui sont si magistralement exécutées que lorsque les Européens les découvrirent, ils ne purent pas croire que les anciens noirs africains avaient réalisés de tels chefs-d'œuvre. Les têtes furent fabriquées du XIe au XVe siècle après analyse chimique et moulage en utilisant le procédé à cire perdue. Douze têtes furent retrouvées ensemble dans un complexe royal à Ife en 1938 EC, et plusieurs autres ont été découvertes depuis, y compris un masque de cuivre pur.

Une autre production artistique impressionnante fut la fabrication de tabourets cérémoniels à partir de simples blocs de quartz.

Les têtes sculptées étaient soit en laiton soit parfois en céramique. Les têtes humaines sont toutes uniques, mais leur but précis n'est pas connu. Elles peuvent représenter des dirigeants, des dieux, des ancêtres vénérés ou bien étaient utilisées à des fins religieuses. Beaucoup de têtes ont des lignes verticales sur le visage et peuvent représenter les cicatrices rituelles qui marquaient le passage d'un individu de l'enfance à l'âge adulte. Le problème avec cette théorie est que la scarification n'était pas largement pratiquée parmi les Yorubas. Sinon, les cicatrices peuvent avoir différencié des groupes plus locaux au sein de la population yoruba plus large, reflétaient la pratique consistant à porter des marquages faciaux temporaires pour les rituels, représentaient peut-être les ombres créées par les voiles souvent portés par les gouvernants ou, plus simplement, étaient une forme de décoration esthétique. Les têtes ont une autre caractéristique curieuse qui est une série de trous perforés autour des lèvres et de la mâchoire, peut-être pour la fixation de barbes ou de voiles de perles de verre. Ces voiles sont encore portés aujourd'hui dans la région lors d'occasions spéciales et leur signification cérémonielle est résumée ici par le spécialiste africain P. Garlake :

Les têtes de laiton grandeur nature d'Ife sont des expressions puissantes de sérénité nées de l'autorité divine. C'était la qualité la plus importante de n'importe quel souverain... Les voiles ont pour but de rendre la puissance extraordinaire des mots d'un souverain moins susceptible de causer peur et douleur. le mystère masque la majesté. (117)

Une pièce exceptionnelle de la sculpture Ife qui n'est pas une tête est une figure en bronze d'un chef debout qui porte un vêtement semblable à un kilt, de nombreux colliers - dont un avec un double pendentif, des bracelets de cheville et un chapeau de perles orné d'une haute décoration frontale. La figure tient d'une main une corne de bison forestière, probablement utilisée comme récipient de médicaments, et d'autre part un bâton court. Datant du XIVe siècle EC, la figure réside aujourd'hui dans le musée archéologique de Lagos au Nigeria.

Supprimer la pub

Advertisement

Autres arts

Beaucoup plus anciennes que les surprenantes têtes en laiton d'Ife sont les nombreuses stèles de granit découvertes sur le site. Peu décorées, celles-ci sont parfois incrustées de clous en fer. Les récipients en céramique fabriqués à Ife étaient souvent décorés de motifs géométriques en relief autour du col, et un certain nombre de grands récipients furent découverts près du palais royal d'Ife, avec des couvercles avec des têtes d'animaux sculptées (par exemple un bélier, un éléphant et une antilope) mais placés avec les têtes à l'intérieur du récipient. Il y a aussi des sculptures en céramique humaines et animales. Ces dernières sont pour la plupart creuses et faites de pièces composites. Un groupe de ces sculptures en céramique retrouvées dans un sanctuaire d'Ife montre tous les humains présentant des déformations physiques, des signes de maladie ou des expressions de souffrance. Curieusement, ces figures et d'autres semblables semblent avoir été enterrées comme si elles étaient les restes de personnes vivantes.

Un autre objet produit en nombre assez important était des torques en laiton sculpté, peut-être placés à l'origine autour des têtes de laiton décrites ci-dessus. Ces pièces minutieusement sculptées représentent généralement des scènes de sacrifices humains et de rituels, indiquant peut-être la puissance des dirigeants qui les portaient si les têtes de laiton sont considérées des représentations des chefs yorubas. De grandes quantités de perles de verre étaient produites ou du moins importées, puis retravaillées. Une autre production artistique impressionnante était la fabrication de tabourets cérémoniels à partir de blocs simples de quartz. Ce minéral est si dur qu'il ne peut pas être sculpté mais seulement broyé dans un processus long et laborieux qui indique que les artisans Ife avaient une ambition quasi illimitée pour les matériaux avec lesquels ils travaillaient.

Héritage et histoire ultérieure

Les sculptures d'Ife ont très probablement influencé celles produites dans le royaume du Bénin (XIIe au XVe siècle EC), également dans le Nigeria moderne et étaient en grande partie composées du peuple yoruba. Certes, dans les traditions orales du Bénin, c'est le roi d'Ife qui avait envoyé un maître artisan au Bénin pour répandre ses compétences sculpturales. Il y a aussi de nombreux points de similitude dans l'art des deux cultures, comme une représentation fréquente des serpents. Bien que le royaume d'Ife ait cessé d'exister à partir de la fin du XVe siècle EC- on en ignore toujours la raison exacte - Ife existe encore aujourd'hui en tant que petite ville hors des sentiers battus qui continue à occuper une position d'importance religieuse comme site de sanctuaires et de bois sacrés et ainsi que foyer de diverses sociétés de croyants qui adorent encore les dieux traditionnels.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, mars 26). Ife [Ife]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18028/ife/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Ife." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 26, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18028/ife/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Ife." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 26 mars 2019. Web. 07 août 2022.

Adhésion