Bhoutan: Pays du Dragon Tonnerre

Article

Kim Martins
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 mars 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

C'est un vol à couper le souffle, avec des paysages spectaculaires de vallées fertiles et des forêts de pins bleus. Vous passez devant l'Everest, le Kanchenjunga et le Gangkhar Puensum, la plus haute montagne non escaladée du monde, qui culmine à près de 7 570 m. Les ailes de l'avion semblent presque toucher ces imposantes montagnes enneigées de l'Himalaya.

Seuls huit pilotes au monde sont formés pour manœuvrer un avion à travers cet étroit terrain montagneux en direction de l'aéroport international de Paro, au Bhoutan. L'aéroport à piste unique de Paro est situé dans une vallée profonde et est entouré de pics acérés atteignant 5 486 mètres. Il a été construit en 1961 près de la rive de la rivière Paro Chhu. Les avions doivent se faufiler entre les dizaines de maisons disséminées sur le flanc de la montagne, à deux doigts de couper les toits. Cet atterrissage est considéré comme le plus dangereux au monde.

Supprimer la pub
Advertisement

Tashichho Dzong - Thimphu Bhutan
Tashichho Dzong - Thimphu Bhoutan
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Le vol vers Paro n'est pas pour les âmes sensibles, mais vous pourrez apercevoir le célèbre monastère du Nid de Tigre, construit en 1692. Il s'agit d'un temple bouddhiste sacré qui s'accroche au flanc d'une falaise abrupte "comme un gecko", comme le disent les Bhoutanais.

Histoire ancienne

L'histoire documentée de ce pays géographiquement isolé commencerait en 747, lorsque le chef spirituel, Guru Rinpoché, s'envola du Tibet à travers l'Himalaya sur le dos d'une tigresse flamboyante. Il arriva dans la vallée de Paro au Nid de Tigre, également connu sous le nom de Paro Taktsang ou Temple du Gourou aux huit noms.

Supprimer la pub
Advertisement
Druk Yul est le nom traditionnel du Bhoutan, qui signifie "pays du dragon tonnerre".

Au Nid de Tigre, il vainquit le démon local, Singye Samdrup, qui faisait obstacle à la propagation du bouddhisme. Bien que les débuts de l'histoire du Bhoutan soient imprégnés de folklore et de mythologie bouddhistes, Guru Rinpoché était un maître bouddhiste historique du VIIIe siècle qui établit la secte Drukpa du bouddhisme, encore pratiquée aujourd'hui au Bhoutan.

Après avoir débarqué à Paro et traversé le tarmac, la première chose que l'on remarque est l'air cristallin et les bâtiments en pierre blanchis à la chaux avec des linteaux en bois peint qui sont un curieux mélange d'ancien et de nouveau. La structure la plus impressionnante est le Rinpung Dzong (ou "la forteresse sur un tas de bijoux"), qui est considéré comme l'un des plus beaux exemples de l'architecture bhoutanaise. Les dzongs étaient des garnisons construites le long de routes et de cols de montagne importants. Ils étaient utilisés par l'armée bhoutanaise pour protéger le pays face aux incursions de l'Inde et du Tibet voisins. Les dzongs servaient également de centres administratifs et de maisons pour le clergé.

Supprimer la pub
Advertisement

Le Bhoutan a été connu sous de nombreux noms au cours des siècles, notamment Lho Jong (les vallées du sud), Lho Jong Men Jong (les vallées méridionales des herbes médicinales) et Lho Mon Tsenden Jong (le pays du bois de santal).

Distinctive Bhutanese Architecture in Paro.
Architecture bhoutanaise distinctive à Paro.
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Le Bhoutan est un petit pays enclavé d'une superficie d'environ 38 394 kilomètres carrés et d'une population de moins d'un million d'habitants. Il est légèrement plus grand que l'État européen du Monténégro ou que l'État américain du Maryland. Il est bordé au nord et à l'est par le Tibet et au sud, à l'ouest et à l'est par l'Inde.

Un paysage époustouflant

Le trajet vers la capitale Thimphu depuis Paro, magnifique mais très sinueux, dure environ une heure, ou 45 minutes pour les locaux qui semblent filer sur les routes sans effort. Le paysage est parsemé de drapeaux de prière colorés qui flottent dans la brise. Ils sont accrochés à de longues perches en bois ou suspendus entre les arbres et les ponts. Ils sont érigés pour les morts ou portent des prières, des mantras et des symboles de bon augure. Les drapeaux de prière sont appelés lung ta, ce qui signifie cheval de vent, car les Bhoutanais croient que leurs prières silencieuses seront propagées par le vent à la vitesse d'un cheval.

Supprimer la pub
Advertisement

Bhutanese Prayer Flags
Drapeaux de prière bhoutanais
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Les drapeaux de prière bouddhistes existent en cinq couleurs :

  • le bleu représente le ciel
  • le blanc pour les nuages
  • le rouge représente le feu
  • le vert symbolise l'eau
  • le jaune pour le sol.

Des outils et des structures en pierre indiquent que le Bhoutan fut colonisé dès 2000 avant notre ère. Malheureusement, une grande partie de l'histoire du Bhoutan a été perdue, car la plupart des documents historiques ont été détruits lorsque le feu a ravagé l'ancienne capitale de Punakha en 1827. L'Histoire nationale du Bhoutan commence donc réellement au XVIIe siècle, avec l'arrivée flamboyante de Guru Rinpoché à Paro.

On dit que le Bhoutan fut la source d'inspiration de Shangri-La dans le roman "Les Horizons perdus", paru en 1933.

On peut facilement imaginer que le voyage vers Thimphu est similaire à l'itinéraire emprunté par un jeune explorateur britannique en 1774. George Bogle, né en Écosse, fut le premier occidental à pénétrer dans le royaume mystérieux et reclus de Bhootan, comme l'appelaient les Britanniques. Bogle était le secrétaire privé de Warren Hastings, de la Compagnie britannique des Indes orientales, qui l'avait envoyé de Calcutta pour entreprendre une mission d'enquête et de diplomatie.

Il fut séduit par le peuple bhoutanais et écrivit que "la simplicité de leurs manières et leur sens aigu de la religion préservent les Bhoutanais de nombreux vices auxquels s'adonnent des nations plus raffinées". Il a été suggéré que les récits de Bogle sur ses aventures au Bhoutan ont inspiré le royaume de Shangri-La de James Hilton dans son roman de 1933, Lost Horizon (Les Horizons perdus).

Supprimer la pub
Advertisement

Thimphu, qui est devenue la capitale en 1961 et qui abrite la famille royale, se trouve à une altitude de 2 350 mètres. C'est une altitude plus élevée que celle à laquelle la plupart des gens sont habitués, et les personnes qui voyagent pour la première fois risquent de souffrir du mal des montagnes.

Il existe un certain nombre de faits fascinants sur Thimphu. C'est l'une des deux seules capitales d'Asie à ne pas avoir de feux de circulation. L'autre est Pyongyang, en Corée du Nord. La rue principale est Norzim Lam et la circulation est contrôlée par un policier portant des gants blancs impeccables. C'est une petite ville où l'on peut se promener, Norzim Lam étant la seule rue principale.

Thimphu Bhutan
Thimphu, Bhoutan
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Les chiens errants sont une caractéristique de la capitale et on les voit souvent se coucher nonchalamment au soleil le long de Norzim Lam. Des chevaux et des vaches ont même été aperçus sur la route en haut de Norzim Lam, où se trouve un rond-point. La nuit, il n'est pas rare de voir des chevaux traverser des complexes d'appartements ou galoper sur Norzim Lam. Certains ont des rubans enfilés dans la queue, ce qui, selon les habitants, indique qu'il s'agit d'un cheval de tête. Les animaux sont autorisés à errer où bon leur semble car les principes bouddhistes stipulent qu'aucun animal ne doit être blessé ou tué. Mais c'est une expérience surréaliste pour tout voyageur non averti.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Jigme Khesar Namgyel Wangchuck est le monarque régnant ou roi dragon du Bhoutan et la résidence de la famille royale, le palais Dechencholing, se trouve à Thimphu. Il est vénéré par les Bhoutanais et a librement renoncé à son pouvoir absolu en faveur de la démocratie et de la promotion du bonheur national. Le Bhoutan est le seul pays au monde à mesurer officiellement le bonheur et le bien-être national.

Musée national du textile

Il existe de nombreux sites historiques et lieux d'intérêt à visiter à Thimphu, mais comme le Bhoutan est réputé pour ses textiles aux couleurs vives et au tissage complexe, une visite au musée national du textile, situé au sommet de Norzim Lam, s'impose.

Le Bhoutan compte 13 arts et métiers traditionnels. Ils ont été classés dans les années 1600.

Sa Majesté la Reine, Ashi Sangay Choden Wangchuck, a inauguré le Musée national du textile en 2001. Il expose d'importants objets historiques bhoutanais tels que la robe de perles portée par le moine bouddhiste Tsamdrak Goenpa, une couronne de princesse portée par la sœur du premier roi Ashi Wangmo et la première version de la couronne de corbeau, un chapeau surmonté d'une tête de corbeau et porté par les rois du Bhoutan.

Les tissus tissés à la main font partie des 13 arts et métiers traditionnels ou zorig chosum du Bhoutan, qui ont été officiellement classés sous le règne de Gyalse Tenzin Rabgay (1638-1696). Le tissage est un art florissant depuis des siècles et le tissu fait partie intégrante de tous les aspects de l'histoire et de la culture bhoutanaises, les motifs et les dessins indiquant le statut social, la richesse et le rang politique. En fait, la création de tissu est considérée comme un acte religieux et la sélection des couleurs comme un exercice spirituel.

Bhutanese Textiles
Textiles bhoutanais
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Au rez-de-chaussée du musée, le visiteur découvre l'importance des techniques de tissage et de filage pour les Bhoutanais et leur mémoire historique. Vous y verrez des expositions de métiers à tisser, de couvertures de cérémonie tissées et de vêtements - y compris la robe nationale - ainsi que les types de tissus ou de fibres privilégiés par chaque région du Bhoutan. Le bura ou soie brute est populaire à Trashigang, par exemple, tandis que le sesho ou soie fine est préféré à Kurtoe et Lhuntse.

Le tissage est un art féminin et des générations de femmes bhoutanaises continuent à transmettre les techniques de tissage par la tradition orale. Selon les habitants, plus de la moitié de la population s'adonne au tissage, et vous verrez souvent un groupe de cinq ou six femmes assises pendant de nombreuses heures devant des métiers à pédales, avec une courroie de cuir dans le dos pour soutenir le bas du dos. Les Bhoutanais ont un mot spécial pour décrire ce processus exigeant: hingtham ou tissage du cœur.

Bhutanese Women Weaving
Femmes bhoutanaises en train de tisser
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Costume national

L'importance historique des textiles et du tissage bhoutanais fut fermement établie au XVIIe siècle, lorsque Zhabdrung Ngawang Namgyel introduisit le gho et le kira, la robe nationale traditionnelle du Bhoutan. Connu sous le nom de Lama barbu, Ngawang Namgyal fonda le Bhoutan en tant qu'État-nation en 1637 et utilisa la robe nationale comme moyen d'unifier une population disparate et des régions en proie à des querelles.

Le code vestimentaire national ou driglam namzha est toujours en vigueur au Bhoutan et exige que les hommes et les femmes portent le gho ou le kira lorsqu'ils apparaissent en public. Le gho est une robe qui descend jusqu'aux genoux et qui est attachée à la taille par une ceinture. La façon dont il est plié permet de créer une poche sur le devant pour que les hommes puissent y ranger des clés et de l'argent. Le gho est porté avec des chaussettes qui descendent jusqu'aux genoux.

Le kira est une robe qui descend jusqu'à la cheville et qui se porte par-dessus une blouse ou un wonju. Le tissu de la robe est épinglé à l'épaule à l'aide de komas ou de broches, et une veste ouverte ou toego complète la tenue. Le choix des tissus, des motifs et des couleurs permet d'exprimer l'individualité de la personne.

Bhutanese National Costume - Gho
Costume national bhoutanais - Gho
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

L'attrait de la robe nationale est tel que vous voudrez peut-être acheter un gho ou un kira. Vous pouvez le faire au musée national ou aux stands d'artisanat de Norzim Lam. Dans tous les cas, ramener chez soi un textile bhoutanais aux couleurs éclatantes sera un merveilleux souvenir d'une visite dans un pays que le temps semble avoir oublié.

Lors de l'unification sous Ngawang Namgyal, le tissu était tellement apprécié que les villageois s'acquittaient de leurs obligations fiscales annuelles en présentant des quantités de tissu. Les Bhoutanais conservent encore des étoffes tissées dans un yanggam ou boîte de prospérité. Le yanggam peut contenir un tissu de cérémonie, transmis comme un héritage familial, et il sera conservé avec des bijoux et contribuera à l'abondance de la famille ou locho.

À la fin de votre visite

Après avoir passé quelques heures au Musée national du textile, vous aurez peut-être besoin de vous rafraîchir. Le Karma's Coffee, dans le Zhamling Building sur Phendey Lam, et l'Ambient Cafe, situé à l'étage d'un bâtiment en face de la Druk PNB Bank sur Norzim Lam, servent tous deux d'excellents cafés.

Traditional Bhutanese Food
Cuisine traditionnelle bhoutanaise
Kim Martins (CC BY-NC-SA)

Aucune visite dans ce royaume reculé de l'Himalaya n'est complète sans goûter à l'ema datchi, le plat national bhoutanais. Il est composé de piments et de fromage de lait de yak et s'accompagne d'une assiette de momo ou boulettes chaudes farcies de viande. Le tout est arrosé d'un thé bhoutanais au beurre salé ou suja. Il est fait de beurre de yak, de feuilles de thé et de sel et est imprégné du bonheur bhoutanais, comme tout ce qui se trouve dans cette Shangri-La magique - le pays du dragon tonnerre.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Kim Martins
Kim est une écrivaine indépendante basée en Nouvelle-Zélande. Elle est titulaire d'une licence d'histoire et d'une maîtrise en sciences du chaos et de la complexité. Elle s'intéresse particulièrement aux fables et à la mythologie, ainsi qu'à l'exploration du monde antique.

Citer cette ressource

Style APA

Martins, K. (2019, mars 19). Bhoutan: Pays du Dragon Tonnerre [Bhutan: Land of the Thunder Dragon]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1348/bhoutan-pays-du-dragon-tonnerre/

Style Chicago

Martins, Kim. "Bhoutan: Pays du Dragon Tonnerre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 19, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1348/bhoutan-pays-du-dragon-tonnerre/.

Style MLA

Martins, Kim. "Bhoutan: Pays du Dragon Tonnerre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 mars 2019. Web. 16 avril 2024.

Adhésion