Roger Ier de Sicile

Définition

Christopher L. Serafin
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 juillet 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Robert Guiscard and Count Roger (by Lemercier, )
Robert Guiscard et le comte Roger
Lemercier ()

Roger Ier, également connu sous le nom de Roger le Bosso (vers 1031-1101), était un chevalier normand et un aventurier surtout connu pour avoir conquis l'émirat de Sicile au cours du XIe siècle. Les efforts qu'il déploya tout au long de sa vie contribuèrent à jeter les bases d'un nouvel État méditerranéen riche basé à Palerme, connu sous le nom de Royaume de Sicile et fondé en 1130.

Famille et arrivée en Italie

Roger était le plus jeune des douze fils d'un petit seigneur normand, Tancrède de Hauteville (c. 980-1041). Parmi les nombreux frères et demi-frères de Roger, il y avait Guillaume Bras-de-Fer, comte des Pouilles (1042-1046), Drogon, comte des Pouilles (1046-1051), Onfroi, comte des Pouilles (1051-1057), Godefroi, comte du Capitole (1054-1071), Serlon, Robert Guiscard, comte des Pouilles (1057-1059), puis duc des Pouilles, de Calabre et de Sicile (1059-1085), Mauger, comte du Capitole (c. 1053-1054), Guillaume, comte du Principat (c. 1055-1080), Alfred, Tancrède et Hubert.

Supprimer la pub
Advertisement

Les premiers membres de la fratrie de Roger commencèrent à arriver en Italie en tant que mercenaires vers 1035, à la cour de Rainulf Drengot (r. de 1030 à 1045), le comte normand d'Aversa. En l'espace de quelques années, les frères Hauteville se distinguèrent au combat et démontrèrent leurs capacités de chefs, obtenant finalement leurs propres titres de noblesse. En 1042, Guillaume devint comte des Pouilles à Melfi, titre qu'il transmit à son tour à ses jeunes frères. C'est donc à Melfi que Roger s'aventura en 1057, où son frère Robert Guiscard venait d'accéder au titre de comte. C'est ainsi que débuta une relation relativement fructueuse et prospère entre les deux frères.

Ibn-al-Timnah sollicita Roger au début de l'année 1061, lui promettant le contrôle de la Sicile en échange d'une aide contre son rival.

Roger prouva immédiatement qu'il était un dirigeant compétent en aidant Robert à réprimer un soulèvement local en Calabre en 1058. Robert était toujours occupé à réprimer les rébellions dans les Pouilles, laissant la Calabre avec une garnison plutôt clairsemée. Les frères convinrent que si Roger aidait à régler la révolte calabraise, il serait autorisé à revendiquer la moitié des terres concernées entre les villes de Squillace et de Reggio, ainsi que toutes les terres futures à conquérir. Après avoir rapidement maté la rébellion, Roger s'installa dans le château de Scalea, où il commença à préparer ses futures conquêtes. Après avoir pris la ville portuaire calabraise de Reggio en 1060, les frères Hauteville commencèrent à planifier une invasion de la Sicile qui se trouvait à quelques kilomètres seulement de l'autre côté du détroit de Messine.

Supprimer la pub
Advertisement

Bataille d'Enna

Au milieu du XIe siècle, la Sicile était gouvernée par environ quatre émirats indépendants, dont deux étaient en désaccord. L'émir Ibn-al-Timnah (mort en 1062) contrôlait la partie sud-est de l'île, autour de Syracuse et de Catane, tandis qu'un autre émir, Ibn al-Hawas (mort en 1067) contrôlait le centre de la Sicile depuis sa forteresse d'Enna, alias Castrogiovanni, située au sommet d'une colline. Du côté des perdants de ce conflit, Ibn-al-Timnah fut contraint de trouver des moyens créatifs pour rester au pouvoir. Ayant appris que de puissants mercenaires normands s'étaient installés en Calabre, Ibn-al-Timnah s'adressa à Roger au début de l'année 1061, lui promettant le contrôle de la Sicile en échange d'une aide contre son rival.

Topographical Map of Sicily
Carte topographique de la Sicile
Hel-hama (CC BY-SA)

À la tête d'une petite force de reconnaissance à travers le détroit, Roger réussit à surprendre la garnison islamique de Messine et à occuper rapidement la ville. Le port de Messine étant aux mains des Normands, Robert et Roger disposaient d'une tête de pont fortifiée où ils pouvaient acheminer des renforts et du ravitaillement depuis leurs bases en Italie. En outre, ils bénéficiaient du soutien d'Ibn-al-Timnah, dont le contrôle de l'est de la Sicile apportait aux Normands un appui crucial pour leurs futures expéditions à l'intérieur des terres. Les premiers raids en territoire sicilien furent couronnés de succès au cours de la campagne de 1061, et aboutirent à une victoire impressionnante contre Ibn al-Hawas devant sa forteresse d'Enna.

Supprimer la pub
Advertisement

Enna est située au sommet d'une montagne et il aurait été pratiquement impossible de la prendre d'assaut. Les Normands tentèrent donc d'attirer les troupes d'Ibn al-Hawas hors de la citadelle pour qu'elles se battent dans les plaines en contrebas. Le nombre de troupes impliquées dans les batailles médiévales est souvent exagéré, mais le chroniqueur contemporain Geoffroi Malaterra fait état de 15 000 soldats d'Ibn al-Hawas contre seulement 700 Normands. Ce premier véritable affrontement entre les armées normandes et islamiques en Sicile se solda par une victoire normande décisive. Bien qu'Ibn al-Hawas soit resté en sécurité à Enna, la valeur de cet engagement, par ailleurs peu concluant, provint de l'aura d'invincibilité qui entourait l'armée normande, beaucoup plus petite, qui battit une force autochtone bien plus importante.

City of Enna
Ville d'Enna
Leandro Neumann Ciuffo (CC BY)

La victoire à l'extérieur d'Enna ne put pas être poursuivie car l'hiver approchait, et les troupes de garnison furent laissées dans les villes occupées. Les frères Hauteville partirent pour l'Italie à la fin de l'année 1061, mais Roger prévit d'autres campagnes siciliennes l'année suivante, malgré une pénurie persistante de main-d'œuvre et de ressources.

Rébellion de Troina

Roger se maria en 1061-62 et emmena sa nouvelle épouse Judith et quelques troupes dans la ville sicilienne de Troina (à l'ouest de l'Etna) en août 1062. Après le départ de Roger en campagne, les citoyens de Troina, essentiellement grecs, se rebellèrent, aidés par de nombreux partisans musulmans mécontents. Rapidement de retour, Roger fut contraint de se réfugier dans la citadelle principale, où il resterait assiégé par ses propres sujets pendant quatre longs mois.

Supprimer la pub
Advertisement

Au début de l'année 1063, la situation de Roger devint désespérée et ses réserves s'amenuisaient dangereusement. Remarquant que certains de ses assiégeants buvaient trop, Roger et ses troupes surprirent une nuit quelques sentinelles en état d'ébriété, en vinrent rapidement à bout et reprirent la ville. Roger pendit immédiatement les meneurs et rétablit le contrôle de Troina, bien que l'épreuve ait été un test de survie brutal qui le força à ne pas considérer l'obéissance de ses nouveaux sujets comme acquise. L'expérience démontra toutefois sa détermination, puisqu'il repartit en campagne plus tard dans l'année.

Bataille de Cerami

Alors que Roger était assiégé à Troina, le sultan ziride d'Ifriquia (Tunisie) envoya deux de ses fils avec d'importantes armées berbères pour renforcer ses alliés siciliens contre les empiètements normands. Au cours de l'été 1063, Ibn al-Hawas, ayant reçu des renforts, organisa une grande armée contre Roger qu'il rencontra à quelques kilomètres à l'ouest de Troina, près de la ville et de la rivière nommées Cerami. Les rapports estimèrent les forces de Roger à pas plus de 130 chevaliers montés et quelques centaines de fantassins, contre plusieurs milliers de soldats siciliens sous les ordres de l'émir.

Roger I of Sicily
Roger Ier de Sicile
Prosper Lafaye (Public Domain)

La discipline normande semble avoir permis de remporter la victoire face à des chances quasi nulles. Avant la bataille, Roger envoya son neveu, Serlon II (c. 1035-1072), avec seulement 30 chevaliers pour protéger la ville, tandis que Roger s'approchait avec une avant-garde de seulement 100 chevaliers. Depuis Cerami, Roger marcha pour affronter l'ennemi, divisant ses forces en deux divisions, l'une sous la direction de Serlon et l'autre sous la sienne. Les forces de l'émir chargèrent la position de Roger, ignorant totalement les hommes de Serlon. Serlon revint alors rapidement au galop pour soutenir son oncle. Après des heures de combat, l'armée berbère, moins disciplinée, entama un repli qui se transforma en une déroute exploitée sans pitié par Roger. Quelques passages de Malaterra décrivent la rencontre:

Supprimer la pub
Advertisement

...leur première ligne, qui voulait s'emparer d'une colline sur laquelle se trouvaient nos hommes, évita Serlon et notre avant-garde et chargea à la place notre division arrière que le comte commandait...Les deux camps se battirent alors courageusement, et nos hommes, dont le nombre était faible, furent tellement gênés par l'énorme force ennemie avec laquelle ils étaient entremêlés que presque aucun d'entre eux ne put sortir de la mêlée... Épuisés par la longue bataille, ils ne purent résister plus longtemps à l'attaque de nos hommes et s'efforcèrent de fuir plutôt que de se battre. Nos hommes les poursuivirent hardiment et les tuèrent au fur et à mesure qu'ils reculaient, et, désormais victorieux, ils tuèrent quelque quinze mille ennemis. (48-50)

La victoire de Cerami donna à Roger un contrôle pratiquement incontesté des terres situées entre Troina et Messina, tout en démontrant la capacité des Normands à détruire à plusieurs reprises des forces bien plus importantes que les leurs. En guise de célébration, Roger envoya des chameaux au pape Alexandre II (r. de 1061 à 1073) qui fut ravi de la nouvelle. Alexandre renvoya une bannière papale à Roger pour qu'il la porte au combat et donna l'absolution à Roger et à ses troupes pour leur victoire. Il s'agissait d'une importante affirmation de soutien entre Roger et le pape, soutien qui fournit la légitimité nécessaire aux Normands pour poursuivre leur invasion et leur conquête de la Sicile islamique.

Bataille de Misilmeri

Lors de la bataille de Misilmeri, Roger et un petit groupe de chevaliers triomphèrent de la plus grande armée musulmane depuis 1063.

Après Cerami, la coalition ziride-sicilienne commença à se désagréger, ce qui amena des renforts zirides venus d'Agrigente à attaquer et à tuer Ibn-al-Hawas, vers 1067. Le prince ziride Ayub prit alors le contrôle du centre de la Sicile et mena une bataille rangée contre Roger à l'extérieur de Palerme en 1068. En fin de compte, Roger et un petit groupe de chevaliers triomphèrent de la plus grande armée musulmane observée depuis 1063. La résistance islamique sur le terrain fut pratiquement brisée après la bataille de Misilmeri, lorsque Ayub s'enfuit en Afrique du Nord, laissant les derniers bastions islamiques de Sicile se débrouiller seuls.

La domination des Normands sur leurs homologues siciliens était peut-être due en partie à leur maîtrise de la charge de cavalerie en masse. Pour quiconque n'avait pas l'habitude de voir de telles manœuvres coordonnées à cheval, une charge de cavalerie était intimidante et dévastatrice pour les non-initiés. La confiance des Normands en leurs propres capacités joua certainement un rôle, tout comme leur expérience du champ de bataille, car, malgré leur nombre réduit, ils continuèrent d'être un avantage efficace. Quoi qu'il en soit, les victoires de Roger contre toute attente continuèrent à renforcer sa réputation de général talentueux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Victoire à Bari

Les diverses possessions de Roger en Calabre et en Sicile lui donnèrent accès à des ressources maritimes qu'il utilisa pour développer une marine en plein essor. Par conséquent, lorsque Robert lui demanda de l'aider à conquérir Bari, la dernière place forte byzantine dans les Pouilles, l'apparition de Roger et ses troupes expérimentées permirent de sortir de l'impasse d'un siège qui durait depuis trois ans. Il semble que Roger soit arrivé à peu près au même moment qu'une flotte de secours byzantine qui tentait de briser un blocus avec des vivres nécessaires pour la ville. Les navires de Roger parvinrent à capturer et à disperser cette flotte de secours, ce qui découragea tellement les citoyens de Bari qu'ils finirent par se rendre aux forces de Robert. Malaterra relate l'événement dans le passage suivant :

Le comte Roger de Sicile était cependant arrivé avec un grand nombre de galères [plurimo remige] pour aider le duc son frère, à la demande de ce dernier... Le comte vit qu'il était proche du navire de Joscelin, le chef ennemi, qui se distinguait des autres par la présence de deux lanternes, et il ordonna à ses hommes de l'attaquer. Un combat acharné s'engagea...Le comte...combattit et vainquit Joscelin, ce dernier fut fait prisonnier à bord de son navire, et il revint glorieux et triomphant auprès de son frère. (59-60)

Bari soumise, Robert put enfin prêter les ressources nécessaires pour aider Roger à prendre Palerme, capitale administrative et symbolique de la Sicile islamique.

Coat of Arms of Roger I of Sicily
Armoiries de Roger Ier de Sicile
The White Lion ()

Palerme et Catane, 1071-1072

Après avoir conquis Bari, Roger se mit immédiatement en route pour la Sicile et, dès son arrivée à Messine, il élabora des plans pour s'emparer rapidement de Catane, une ville portuaire stratégique située au sud. Le plan prévoyait que Robert, le frère de Roger, navigue le long de la côte est de la Sicile et entre dans le port de Catane pour demander le réapprovisionnement de sa flotte qu'il prétendrait être en route pour Malte. Catane avait été le domaine d'Ibn-al-Timnah et était donc habituée à voir des navires normands. Une fois la flotte de Robert entrée dans le port, elle attaquerait et occuperait la ville. Le plan fonctionna et les frères s'emparèrent rapidement d'une autre place forte et d'un port de grande valeur avant de s'emparer de Palerme après des mois de siège et d'effusion de sang.

De Catane, Roger se rendit par voie terrestre à Troina puis à Palerme où il coupa les accès terrestres à la ville en prévision d'un long siège. Robert arriva peu après avec sa flotte et commença à patrouiller le long de la côte pour décourager les efforts de réapprovisionnement de la ville par la mer. En quelques mois, les habitants de Palerme commencèrent à mourir de faim, ce qui rendit les défenseurs un peu négligents. Finalement, une section de la muraille extérieure fut laissée sans surveillance, et Robert et Roger l'exploitèrent à l'aide d'échelles de siège. La ville tomba peu après au début du mois de janvier 1072.

Roger I & Robert Guiscard Receive the Keys to Palermo
Roger I et Robert Guiscard reçoivent les clés de Palerme
Giuseppe Patania ()

Après la prise de Palerme, Robert investit officiellement Roger comme comte de Sicile sous son autorité en tant que duc des Pouilles, de Calabre et de Sicile. Cette importante investiture conférait à Roger un titre officiel et l'autorité de gouverner l'île à la place de Robert.

Domination de Roger

À cette époque, la Sicile était habitée par une importante population musulmane arabophone, avec des poches de culture grecque orthodoxe byzantine. Avant la conquête islamique, la Sicile était une province byzantine et avait fait auparavant partie de la région romaine surnommée Magna Grecia ("Grande Grèce") en raison des liens culturels et historiques qui l'unissaient à la péninsule grecque. En outre, la migration des catholiques lombards du sud de l'Italie fut encouragée, ce qui ajouta un troisième groupe culturel et religieux. Roger et ses compatriotes normands arrivèrent en tant qu'élite dirigeante, et non en tant que colons, ce qui signifie qu'il dut gouverner avec finesse pour satisfaire ces différents groupes. Sa solution pour gérer cette diversité consistait à centraliser l'autorité, sans perturber trop radicalement la structure politique existante. Il y parvint en partie grâce à sa politique de distribution des terres et en partie grâce à son autorité bienveillante.

Roger évita la création de nombreux petits fiefs et seigneuries, car cela avait provoqué des rébellions quasi constantes sur le continent italien. Il veilla ainsi à ce qu'aucun seigneur ne devienne trop puissant, annulant ainsi la capacité de ses vassaux à se rebeller de manière efficace. Les seules donations importantes de terres furent accordées à l'Église catholique, Roger ayant parfaitement compris l'importance de la papauté pour sa propre légitimité et son règne. En 1073, un archevêché avait déjà été établi à Palerme, ce qui réjouissait la papauté en propageant le catholicisme dans une région historiquement grecque orthodoxe et musulmane.

En outre, la loi et la religion islamiques pouvaient toujours être pratiquées, tandis que l'arabe était ajouté comme langue officielle au même titre que le latin, le grec et le français normand. Roger améliora l'efficacité de la collecte des impôts tout en les maintenant à un niveau relativement élevé pour tous, et en ajoutant une période de conscription obligatoire pour tous. Ces politiques permirent à Roger de centraliser l'autorité sous son autorité sans provoquer d'animosité excessive de la part de quelque groupe que ce soit.

Roger prit également des décisions économiques judicieuses. Par exemple, en 1075, il conclut un traité avec son ancien ennemi, le gouverneur ziride de Tunisie, en acceptant de fournir du blé sicilien à l'Afrique du Nord. Ce traité permit de calmer l'opposition ziride qui subsistait sur l'île, tout en créant un accord commercial lucratif pour Roger. Ceci protégea également ses frontières méridionales contre d'autres invasions zirides, puisqu'ils devenaient dépendants des céréales siciliennes.

Coin of Roger I
Pièce de Roger Ier de Sicile
Sailko (GNU FDL)

Les années après Palerme

Bien que la chute de Palerme n'ait pas constitué en soi la conquête totale de la Sicile, les bastions islamiques restants finiraient par tomber sans le soutien supplémentaire que Roger veillait à empêcher. Robert Guiscard ne retourna jamais en Sicile après 1072, permettant ainsi à son frère de revendiquer les territoires restants une fois qu'ils auraient été conquis. Les politiques indulgentes de Roger firent de la reddition une option plus acceptable que la résistance, ce qui permit à de nombreuses villes de se soumettre volontairement à son autorité dans les années qui suivirent la prise de Palerme.

Dans les années 1080, l'un des rares résistants à la conquête normande était un chef de Syracuse, Ibn-al-Ward (mort en 1085). Il attaqua les terres normandes lorsque Roger fut appelé pour régler des affaires en Italie et devint une nuisance dangereuse.

La conquête de Syracuse marqua essentiellement la fin de la résistance formelle en Sicile.

C'est pourquoi, en 1085, Roger passa environ six mois à rassembler sa marine et une armée importante pour assiéger Syracuse. Tant que le port restait ouvert, Syracuse pouvait être ravitaillée et, après une reconnaissance des forces d'Ibn-al-Ward, une attaque maritime du port fut décidée. Au cours de la bataille qui s'ensuivit, la plus grande portée des arbalètes normandes semble avoir fait une différence décisive. Mais ce qui décida de l'issue de la bataille fut une erreur de calcul d'Ibn-al-Ward: il tenta de sauter d'un navire à l'autre, tomba accidentellement à l'eau et se noya sous le poids de son armure. La perte de leur commandant amena les forces islamiques restantes à se disperser ou à se rendre. Bien que la ville ait résisté un peu plus longtemps, l'armée de Roger était rompue à la guerre de siège et, sans aide extérieure, la chute de la ville était inévitable.

Bien que le dernier bastion islamique, Noto, ne soit tombé que cinq ans plus tard, la conquête de Syracuse marqua la fin de la résistance formelle en Sicile, et l'assujettissement de l'île par Roger était pratiquement achevé.

Héritage

Grâce à la sage administration et aux aptitudes politiques de Roger, la Sicile devint une sorte d'entrepôt commercial éclairé et riche pendant une bonne partie du XIIe siècle. Ses efforts conduisirent à la création d'un État insulaire remarquablement stable et prospère, tandis que ses politiques sages et clairvoyantes permirent de réunir une multitude de confessions, de langues et de peuples. En fin de compte, il s'ensuivit un riche échange de cultures et d'idées, rarement vu ailleurs au Moyen Âge à cette époque. En outre, il était devenu l'un des nobles les plus respectés et les plus puissants d'Europe, trois rois européens souhaitant de faire de lui leur beau-père. Roger avait parcouru un long chemin depuis le temps où il n'était que le plus jeune fils d'un chevalier normand mineur; il était désormais un seigneur influent, riche et respecté dans son propre comté.

Southern Italy & Sicily, 1112
Italie du Sud et Sicile, 1112
MapMaster ()

Les réalisations de Roger sont également considérables dans le contexte de l'époque à laquelle il vécut. L'année 1095, par exemple, marqua le début officiel des croisades, une période d'incertitude, de peur et d'intolérance religieuse, dont Roger sut se tenir à l'écart. Après une vie de conquête, Roger reconnut les avantages plus lucratifs d'une coexistence pacifique avec ses voisins du sud. Dans les décennies qui suivirent la mort de Roger, la Sicile entra dans un âge d'or, où le mélange des cultures, des religions et de la diversité ethnique créa un comté prospère d'où sortit, en 1130, un royaume sur lequel son fils Roger II allait régner en tant que premier roi.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Roger Ier, comte de Sicile ?

Roger était le plus jeune fils d'un chevalier normand mineur, Tancrède de Hauteville. Grâce à ses conquêtes militaires et à ses aptitudes politiques, il devint un seigneur influent, riche et respecté de son propre comté en Sicile.

Quelle était la religion dominante en Sicile normande ?

À l'époque de Roger Ier, la Sicile était habitée par une importante population musulmane arabophone, avec des poches d'adhérents byzantins culturellement orthodoxes et grecs. Bien que Roger et ses compatriotes normands aient été catholiques et aient cherché à obtenir la légitimité du pape, la loi et la religion islamiques pouvaient encore être pratiquées.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Christopher L. Serafin
Dr. Serafin is a professor of business administration at Andrew College in Cuthbert, Georgia. He also holds a master's degree in history and when not reading or teaching you can find him running or watching tv.

Citer cette ressource

Style APA

Serafin, C. L. (2023, juillet 14). Roger Ier de Sicile [Roger I of Sicily]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22054/roger-ier-de-sicile/

Style Chicago

Serafin, Christopher L.. "Roger Ier de Sicile." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 14, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22054/roger-ier-de-sicile/.

Style MLA

Serafin, Christopher L.. "Roger Ier de Sicile." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 juil. 2023. Web. 04 mars 2024.

Adhésion