La Maladie Royale

Définition

John Horgan
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 avril 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Touch Piece of Henry VI of England (by Classical Numismatic Group, Inc, CC BY-SA)
Pièce de touche ou "Angel" d'Henri VI d'Angleterre
Classical Numismatic Group, Inc (CC BY-SA)

La maladie royale (du latin morbus regius), plus communément connu sous le nom de scrofule ou d'écrouelles ou plus scientifiquement l'adénopathie cervicale tuberculeuse chronique, était une maladie de la peau que l'on croyait guérissable par le simple toucher du monarque dans le cadre des pouvoirs divins dont il avait hérité. L'idée que le toucher royal, une simple imposition de la main par le monarque sur un malade, pourrait guérir l'infection persista pendant 1 200 ans jusqu'au XVIIIe siècle. La cause de l'infection ne fut connue qu'à la fin du XIXe siècle. Historiquement, la maladie était souvent appelée consommation, phtisie, scrofule, «toucher royal», «peste blanche» et «capitaine de tous les hommes de la mort». En 1839, Johann Lukas Schönlein, médecin allemand, inventa le terme «tuberculose» comme terme générique pour toutes les manifestations de la tuberculose puisque le tubercule était la base anatomique de la maladie.

Scrofule (Tuberculose)

Keith Manchester, dans Tuberculosis and Leprosy in Antiquity : An Interpretation, décrit clairement le rôle que la tuberculose a joué dans l'histoire de l'humanité. Manchester commence par identifier la tuberculose (TB) comme une maladie bactérienne chronique du genre Mycobacterium et de l'espèce Mycobacterium tuberculosis. Les humains sont touchés par l'une des deux formes suivantes: humaine ou bovine. Le type de tuberculose humaine pénètre généralement par les poumons après un contact interhumain avec la respiration affectée d'une autre personne. Cette forme de tuberculose est particulièrement virulente dans les zones urbaines denses. La forme bovine commence dans l'intestin et est généralement acquise en consommant du lait infecté ou en mangeant de la viande infectée. La forme bovine est probablement la première rencontre de l'homme avec la tuberculose parce qu'elle était présente dans les premiers troupeaux de bovins domestiques ou infecta l'un des troupeaux d'animaux chassés pour leur viande.

Supprimer la pub

Advertisement

Tous les éléments étaient réunis pour que les personnes infectées par la tuberculose n'ayant pas l'expertise médicale requise se tournent alors vers un geste remède superstitieux, le toucher royal.

Les scientifiques ont daté les premiers cas de tuberculose d'une momie de la 21e dynastie de la troisième période intermédiaire d'Égypte (1070-946 av. JC). L'Europe connut probablement les premières flambées de tuberculose dans la période post-romaine et en particulier en Grande-Bretagne, entre le IIe et le Ve siècle de notre ère. La propagation de la maladie en Europe et en Grande-Bretagne est due au nombre croissant de villes et de villes présentant des densités de population plus élevées et à l'expansion du commerce. Manchester soutient également que les taux de tuberculose ont probablement diminué pendant l'épidémie de peste bubonique, ou mort noire, dans les années 1340, alors que la population mourait, mais le niveau de vie inférieur et les mauvaises conditions de santé générales contribuèrent à une propagation plus large de la tuberculose. Au XVe siècle, l'expansion des troupeaux de bovins entraîna l'émergence de la tuberculose de type bovin. La tuberculose était également connue pour se propager pendant la période médiévale, car les gens vivaient dans les mêmes maisons que leurs animaux, ce qui entraîna une augmentation du contact homme-animal, augmentant ainsi la propagation de la tuberculose bovine. Tous les éléments étaient réunis pour que les personnes infectées par la tuberculose n'ayant pas l'expertise médicale requise se tournent alors vers un geste remède superstitieux, le toucher royal.

Symptômes

La bactérie, la lymphadénite tuberculeuse, entrait dans une personne lorsqu'elle respirait de l'air contaminé. La scrofule présentait de multiples symptômes chez la personne atteinte. La maladie provoquait des frissons, des sueurs et des fièvres. En raison du gonflement des ganglions lymphatiques et des os, des infections cutanées et des plaies ulcérées apparaissaient sur le cou, la tête et le visage, entraînant une vague resemblance «porcine» (identifiée pour la première fois par Aristote). Une fois infectées par la bactérie, les plaies se développaient lentement et restaient parfois chez le patient pendant des mois, voire des années. Ces lésions étaient la preuve absolue, comme certains le croyaient, de péché. Au fil du temps, la scrofule se présenterait sous trois formes: aiguë, chronique et mortelle. Au stade aigu, les symptômes de la maladie émergeaient, puis disparaissaient, puis réapparaissaient. Le stade chronique était marqué par la présence constante à long terme de symptômes et de plaies. Le stade mortel, lui, conduisait à la mort.

Supprimer la pub

Advertisement

Scrofula on the Neck of a Boy
Scrofule sur le cou d'un garçon
National Institutes of Health (Public Domain)

Traitement

L'apparition de scrofules était souvent associée à la gourmandise, en particulier chez les enfants. L'un des premiers traitements à essayer était de modifier le régime alimentaire d'une personne en limitant les aliments qui dégagent une odeur comme l'ail, les oignons et le vin. On pensait également que des changements comportementaux réduiraient ou guériraient le problème, de sorte que la limitation ou la réduction de la quantité de cris, de colère ou d'inquiétude était parfois prescrite.

Sur le plan médical, diverses approches furent utilisées pour lutter contre la maladie. Les anciens Égyptiens traitaient la maladie par la chirurgie et divers pansements. Hippocrate recommandait de se reposer, de prier, de boire du lait, de se nourrir et d'éviter les conditions météorologiques extrêmes. Les Chinois essayèrent l'acupuncture. Et les Anglo-Saxons utilisaient des herbes, des sangsues et des amulettes. Si ces remèdes s' avéraient infructueux, les médecins se livraient alors des actes chirurgicaux qui consistaient à couper la couche externe de la peau, à gratter la chair et à tirer sur la pustule de la scrofule. S'il y avait trop de saignements, la procédure s'étendrait sur plusieurs jours, en extrayant seulement quelques pustules par jour. Si toutes ces tentatives chirurgicales ou non chirurgicales échouaient, le patient irait rendre visite au roi.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Rituel

En imitation des pouvoirs de guérison du Christ, les rois anglais et français se livraient à un rituel appelé «toucher» afin de soigner les personnes souffrant de scrofule.

En imitation des pouvoirs de guérison du Christ, les rois anglais et français se livraient à un rituel appelé «toucher» afin de soigner les personnes souffrant de scrofule. Le rituel est né de la pratique des hommes d'église qui pratiquaient la guérison par le toucher. Le rituel royal du toucher remonte à l'époque de Clovis en 496, et sa première apparition en Angleterre eut lieu sous le règne d'Edouard le Confesseur (r. 1042-1066). La pratique s'officialisa lors des règnes de Louis IX de France (r. 1226-1270) et d'Édouard II d'Angleterre (r. 1327-1377), respectivement.

Le processus du rituel est mieux décrit dans un récit de première main de John Evelyn (1620-1706), écrivain, jardinier et diariste anglais dans son journal du 6 juillet 1660. Une description du rituel apparaît également dans Macbeth, Acte IV, scène III de William Shakespeare :

... il y a là une foule de malheureux qui attendent de lui leur guérison. Leur maladie triomphe des plus puissants moyens de l’art ; mais dès qu’il les touche, telle est la vertu sainte dont le ciel a doué sa main, qu’ils guérissent à l’instant. On l’appelle le mal du roi : c’est une œuvre miraculeuse de ce bon prince, et dont j’ai été moi-même souvent témoin depuis mon séjour dans cette cour. Comment il se fait exaucer du ciel, lui seul le sait ; mais le fait est qu’il guérit des gens affligés d’un mal cruel, tout bouffis et couverts d’ulcères, pitoyables à voir, et désespoir de la médecine, en leur suspendant au cou une médaille d’or qu’il accompagne de saintes prières ; et l’on dit qu’il transmettra aux rois ses successeurs ce bienfaisant pouvoir de guérir.

(trad. Guizot, 1864)

L'individu malade était amené devant le roi, puis s'agenouillait devant le monarque. Le roi touchait le visage et les joues de la personne affligée tandis qu'un aumônier annonçait qu'«Il a posé sa main sur eux, et il les a guéris». Les paroles de l'aumônier faisaient référence à un passage de l'Évangile de Marc 16:18 dans lequel Jésus, parlant à ses disciples après la résurrection, suggère que les disciples auront des pouvoirs de guérison. Beaucoup de gens croyaient que la maladie était provoquée par le péché, les prières étaient donc au cœur de la cérémonie. Le péché causant la maladie ne se limitait pas à l'individu affligé; il était également le résultat des péchés collectifs d'une famille, d'un village, d'une ville ou d'un royaume.

Supprimer la pub

Advertisement

Parallèlement aux prières, il y avait également la nécessité de rédemption; les deux étaient nécessaires pour invoquer les pouvoirs de guérison de Dieu. Le roi agissait donc à la place de Dieu. L'ensemble du rituel public engendrait une recrudescence de popularité pour le roi, surtout si les gens croyaient que le toucher du roi était couronné de succès, tout en permettant au monarque de revendiquer des pouvoirs divins, augmentant encore la légitimité du trône. Après la cérémonie, le malade nouvellement touché recevrait une pièce d'or du roi appelée «pièce de touche» (en Angleterre, la même pièce était appelée "Angel"). Le remède pouvait également être administré en versant sur le malade de l'eau qui avait été utilisée pour rincer les mains du roi.

Henry IV Engaged in Royal Touch
Henri IV pratique le toucher royal
Pierre Firrens (Public Domain)

Le rituel devint encore plus populaire sous le règne de Jacques VI d'Écosse (également connu sous le nom de Jacques Ier d'Angleterre, r. 1603-1625) qui mit fin à la tradition de faire le signe de la croix sur les plaies car elle était trop catholique, rendant ainsi la cérémonie plus protestante. La pratique du rituel atteignit son apogée sous Charles II d'Angleterre (r. 1660-1685) qui était son plus grand praticien. Charles touchait souvent près de 6 000 personnes par an, tandis que tout au long de son règne, il est rapporté que près de 96 000 personnes prirent part à cette cérémonie. Guillaume d'Orange (r. 1689-1702) mitfin à cette pratique car il ne croyait tout simplement pas que le rituel fonctionnait, mais il a fut brièvement repris sous le règne de la reine Anne (r. 1702-1714).

Conséquences

Le toucher du roi, bien sûr, ne guérit personne. Les rois ne possédaient pas de pouvoirs de guérison divins. Néanmoins, le public pensait que le roi pouvait accomplir une telle guérison. Toute personne touchée par le roi était autorisée à reprendre une vie normale dans la société. Cette action contribua probablement à propager la maladie à d'autres personnes qui n'avaient pas été infectées. Les pouvoirs du roi allaient au-delà de la simple incidence sur un remède contre la maladie, et les milliers de rituels pratiqués contribuaient également à guérir les péchés de la nation et à rendre l'ensemble de la société plus pieuse.

Supprimer la pub

Advertisement

Il n'y a tout simplement aucun moyen de savoir combien de personnes sont mortes de tuberculose au cours du millénaire. En remontant jusqu'à 8 000 av. J.C., des millions de personnes ont péri. Il fut suggéré que la tuberculose a tué plus de personnes que n'importe quel autre microbe. En 1882, un médecin allemand, Robert Koch, découvrit la bactérie responsable de la tuberculose. Le développement de la radiographie, en 1895 par Wilhelm Konrad von Röntgen, ingénieur et physicien allemand, a grandement aidé la médecine à détecter la tuberculose dans les poumons. Le premier vaccin pour le traitement de la tuberculose a été développé en 1908 par deux bactériologistes français, Albert Calmette et Camille Guérin. En 1945, toute une gamme d'antibiotiques, en particulier la streptomycine, est devenue disponible pour traiter les personnes atteintes de tuberculose. Au cours de la dernière décennie, une forme de tuberculose multirésistante (TB-MR) a émergé, causant 500 000 cas dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

John Horgan
Pour le moment, il est professeur adjoint d'histoire à l'Université Concordia-Wisconsin, aux États-Unis. Ses cours et ses recherches du moment portent sur les fléaux et les maladies, ainsi que sur l'alimentation dans l'histoire du monde.

Citer cette ressource

Style APA

Horgan, J. (2021, avril 20). La Maladie Royale [King's Evil]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19673/la-maladie-royale/

Style Chicago

Horgan, John. "La Maladie Royale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 20, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19673/la-maladie-royale/.

Style MLA

Horgan, John. "La Maladie Royale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 avril 2021. Web. 17 mai 2022.

Adhésion