Empire Wolof

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 novembre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Wolof Warrior (by Anne Raffenel, Public Domain)
Guerrier Wolof
Anne Raffenel (Public Domain)

L'empire Wolof (alias Djolof ou Jolof) était un État situé sur la côte de l'Afrique de l'Ouest, entre les fleuves Sénégal et Gambie, qui prospéra du milieu du 14e au milieu du 16e siècle. L'empire prospéra grâce au commerce, les deux fleuves donnant accès aux ressources de l'intérieur de l'Afrique et au trafic côtier, un commerce qui comprenait de l'or, des peaux, de l'ivoire et des esclaves, et qui était souvent effectué avec des marchands européens, notamment les Portugais puis les Français. Après l'éclatement de l'Empire wolof au XVIe siècle, un petit État subsista, le Royaume wolof, jusqu'au XIXe siècle. La langue wolof est encore largement parlée aujourd'hui au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Histoire ancienne

Le peuple wolof habitait, dès le 1er millénaire avant notre ère, la région située entre le fleuve Sénégal au nord et le fleuve Gambie au sud. Cette région d'Afrique de l'Ouest est souvent appelée Sénégambie et couvre ce qui est aujourd'hui le Sénégal, la Gambie et le sud de la Mauritanie. La langue et les poteries suggèrent que les ancêtres des Wolofs migrèrent ici depuis l'Afrique centrale ou orientale. Ils pratiquaient la pêche, la culture du riz humide et l'élevage de bovins, de moutons et de chèvres (et plus tard de porcs). Ils utilisaient le fer pour fabriquer des outils, des poteries et des bijoux. Les habitants de cette région d'Afrique de l'Ouest érigèrent également des monuments mégalithiques et des repères funéraires. Des cercles d'environ 8 mètres de diamètre étaient formés avec des pierres pouvant atteindre 4 mètres de haut.

Supprimer la pub

Advertisement

L'empire wolof était un acteur majeur de la traite des esclaves, exportant jusqu'à un tiers de tous les esclaves africains avant 1600.

Les Wolofs finirent par devenir la tribu la plus puissante au sud du fleuve Sénégal. Ce territoire avait autrefois été sous le contrôle nominal de l'Empire du Mali (1240-1465) après une campagne d'expansion réussie par Tiramaghan, un général de Sundiata Keita (r. de 1230 à 1255), le roi du Mali. La relation entre les deux états n'est pas claire, mais les Wolofs semblent avoir au moins reconnu les rois du Mali comme la principale puissance ouest-africaine. L'indépendance des Wolofs est visible dans la succession de leur premier roi ou burba, le semi-légendaire Ndiadiane Ndiaye, traditionnellement placé au 13ème siècle mais plus probablement dans la seconde moitié du 14ème siècle. Quoi qu'il en soit, les guerres civiles, les attaques de tribus telles que le peuple Mossi et le déplacement de routes commerciales lucratives ont fait que les rois du Mali ont lentement perdu leur emprise sur les régions extérieures de leur empire. Vers 1468, le roi Sunni Ali (r. de 1464 à 1492) de l'empire Songhai (c. 1460 - c. 1591) conquit le reste de l'empire malien en difficulté.

Map of Ancient & Medieval Sub-Saharan African States
Carte des états africains subsahariens en Antiquité et au Moyen-Âge
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les Songhaï n'étaient présents qu'au sud du fleuve Gambie, ce qui permit aux Wolofs du nord d'exploiter l'une des rares zones vacantes que l'empire Songhaï ne contrôlait pas en Afrique de l'Ouest (soit par une occupation directe, soit par l'imposition d'un tribut). À la fin du 15e siècle, l'Empire wolof était constitué des trois royaumes wolofophones du Cayor (Kajoor), du Walo (Waalo) et du Baol (Bawol), ainsi que d'États peuplés de locuteurs du sérère comme le Sine et le Salum. Finalement, les rois wolofs s'étendirent au territoire malinké au nord du fleuve Gambie, qui comprenait les États de Nyumi, Badibu, Nyani et Wuli. Par conséquent, les rois wolofs en vinrent à régner sur l'ensemble de la Sénégambie, bien que cet État puisse être mieux décrit comme une confédération de royaumes à tribut plutôt que comme un empire à proprement parler (comme on l'appelle souvent).

Supprimer la pub

Advertisement

Commerce : Afrique de l'Ouest et Portugal

L'Empire wolof était un participant majeur du commerce d'esclaves, exportant jusqu'à un tiers de tous les esclaves africains avant 1600. Ce commerce déclina au 17ème siècle, la Sénégambie étant devenue une voie de passage pour les esclaves de l'intérieur de l'Afrique centrale plutôt qu'une source d'esclaves. Grâce au puissant fleuve Sénégal, qui s'étend sur des centaines de kilomètres à l'intérieur de l'Afrique, les Wolofs étaient en mesure d'échanger toutes sortes de marchandises en plus des esclaves, notamment des peaux, des textiles en coton, de la gomme, de l'ivoire, des noix de kola, du sel, des chevaux, de l'indigo et de la cire d'abeille. Les Wolofs avaient également leurs propres fabricants pour transformer les matières premières en biens encore plus précieux. Les orfèvres et les filigranes wolofs jouissaient d'une réputation particulièrement élevée dans toute l'Afrique de l'Ouest.

La principale marchandise échangée sur le territoire wolof n'était cependant rien de tout cela : c'était l'or. Le métal précieux, tant apprécié des Européens qui commençaient à s'intéresser sérieusement à l'Afrique au sud du Sahara, provenait des champs aurifères intérieurs de Bambuk et finit par atteindre la côte. Les Portugais commencèrent à commercer le long de la côte de l'Afrique occidentale au milieu du 15e siècle. L'aventurier Diogo Gomes établit des relations commerciales avec les Wolofs en 1455, et le commerce se développa entre les deux puissances. Des cadeaux furent échangés entre le roi du Portugal, Jean II (r. de 1481 à 1495) et les Wolofs et des missionnaires chrétiens furent reçus.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Wolof Chief & Residence
Chef Wolof et résidence
Évremond de Bérard (Public Domain)

Le commerce avec les Portugais devint si lucratif dans les années 1480 que le roi wolof, Burba Birao, déplaça même sa capitale plus près de la côte. Cependant, l'accueil des missionnaires ne plut pas à tout le monde, et des princes traditionalistes menèrent une révolte qui renversa Burba Birao en 1489. Le frère de Birao, le prince Bemoi, fut contraint de fuir le pays mais il reçut un accueil splendide à Lisbonne où il fut même baptisé. En 1490, les Portugais avaient l'ambition de contrôler directement les biens commerciaux, et en particulier l'or, depuis leur source à l'intérieur de l'Afrique. Ils envoyèrent une expédition militaire contre le roi wolof et soutinrent le prince Bemoi dans sa tentative de monter sur le trône. L'expédition, à laquelle participaient 20 caravelles, fut un échec en raison de maladies et d'un grave désaccord entre le prétendant et ses commanditaires européens, ce qui entraîna la mort du premier. Par la suite, les Portugais restèrent dans leurs comptoirs fortifiés le long de la côte et le commerce se poursuivit tout au long du XVIe siècle.

La religion de l'élite, du moins nominalement, était l'Islam en raison de sa diffusion par les commerçants, les clercs et les missionnaires berbères.

L'État wolof

Ce rapport avec les Portugais nous donne au moins quelques informations sur l'état Wolof. Nous savons que le roi était élu par un conseil des anciens parmi les candidats qui appartenaient à une certaine ascendance, très probablement le fondateur actuel de l'état Wolof. Certains membres de ce conseil étaient les dirigeants des différents États de la confédération wolof. La société wolof était hiérarchisée en plusieurs classes distinctes. La famille royale était au sommet, suivie des nobles non royaux (souvent les enfants des épouses secondaires et des concubines de la royauté) et des hommes libres. Cette dernière catégorie était encore divisée en castes en fonction de la profession de l'homme, comme les forgerons, les bijoutiers, les tailleurs, les griots (conteurs d'histoires épiques) et les musiciens. Au bas de l'échelle sociale se trouvaient les esclaves capturés lors des guerres et des razzias dans les territoires voisins, eux-mêmes divisés en strates, avec les esclaves qualifiés au sommet et les ouvriers agricoles non qualifiés à la base. Il existait également une classe d'esclaves militaires, les ceddo, que l'élite utilisait pour imposer le paiement du tribut et surveiller les autres esclaves. La religion de l'élite, du moins nominalement, était l'Islam, grâce à sa diffusion par les commerçants, les clercs et les missionnaires berbères. En revanche, la majorité de la population ordinaire restait proche de ses croyances animistes traditionnelles.

Commerce : Afrique occidentale et France

Dans le dernier quart du XVIe siècle, une autre grande puissance arriva dans la région : La France. Les commerçants français apportèrent avec eux des articles très recherchés tels que des textiles du nord de la France, des spiritueux, des articles métalliques, du poivre, de l'huile de palme et des armes à feu. Les Portugais perdirent rapidement leur avantage commercial, d'autant plus que l'exportation vers l'Afrique des armes à feu très prisées était interdite par la couronne portugaise. En conséquence, les Français prirent le contrôle de villes telles que Gorée, Portudal, Joal et Rufisque, toutes situées en territoire wolof. La présence des Européens était telle que les populations des zones urbaines le long de la côte atlantique finirent par se mélanger entre Africains et Français, comme on pouvait le voir, par exemple, au port de Saint Louis. À la fin du XVIe siècle, les Anglais et les Hollandais étaient également très présents dans la région, l'or et les esclaves d'Afrique s'avérant aussi irrésistibles pour eux que pour les Français et les Portugais.

Supprimer la pub

Advertisement

Désagrégation

Le commerce était peut-être en plein essor, mais l'empire wolof lui-même commença à se désintégrer dès le milieu du 16e siècle, se divisant en un certain nombre d'États successeurs, dont ce que l'on appelle aujourd'hui le royaume wolof. Cette rupture initiale fut probablement causée par les villes côtières qui se s'enrichirent tellement grâce au commerce qu'elles cherchèrent à se détacher de la monarchie centrale wolof. En effet, ces provinces furent les premières à revendiquer leur indépendance. Les Wolofs furent également affaiblis par la montée en puissance des Peuls militaristes, d'abord dirigés par Koli Tengella (c. 1512-1537), qui établit son État à Fouta Toro, un territoire situé autour de la section médiane du fleuve Sénégal. Le groupe d'États désormais disparates de la Sénégambie, partagé entre les locuteurs du wolof et du sérère, était composé du Waalo, du Cayor, du Bawol, du Siin, du Saalum et du royaume wolof (malheureusement pour lui, le seul sans accès à la côte).

Les royaumes successeurs et l'Islam

Malgré les bouleversements politiques, le fleuve Sénégal demeurait ce qu'il avait toujours été : une voie de communication vitale pour l'intérieur de l'Afrique. Les petits royaumes virent leurs dirigeants établir des monopoles lucratifs sur le commerce de biens de grande valeur comme les esclaves et les armes à feu. En effet, la région siphonnait une telle quantité de commerce auparavant contrôlée par les États d'Afrique du Nord et leurs intermédiaires, les Berbères sahariens, que le marabout ou chef religieux de ces derniers, Nasir al-Din (r. de 1644 à 1674), lança une guerre sainte en 1673. Comme le résume l'Histoire générale de l'Afrique Vol. V de l'UNESCO

La proclamation du djihād dans les royaumes de la vallée du fleuve était motivée par des considérations à la fois économiques et religieuses : la reconquête du marché des céréales, des esclaves, la conversion de la population et la purification des pratiques de l’islam... En effet, de religion d’une caste minoritaire de marchands et de courtisans dans les cours royales, il devint réaction populaire de résistance contre l’arbitraire des aristocraties au pouvoir et contre les effets nocifs du commerce atlantique dans son ensemble. (141)

Avec le soutien du peuple et des personnes déjà converties à l'islam, la guerre entraîna le balayage de l'élite dirigeante dans de nombreux royaumes successeurs de l'empire wolof. Les nouveaux régimes devinrent des théocraties musulmanes, mais ils ne durèrent pas longtemps. Avec la mort de Nasir al-Din en 1674, de nombreuses défaites et l'intervention des Français pour soutenir les royaumes, les Berbères furent repoussés et la guerre sainte prit fin. Les royaumes successeurs, loin de considérer cet événement comme un rappel opportun de leur faiblesse en tant que petits États concurrents, continuèrent à se chamailler et à se battre entre eux. Des mouvements populaires se rallièrent à l'idée de répandre l'Islam, et les royaumes, assaillis par d'autres problèmes tels qu'une série de famines, se désintégrèrent en tant qu'entités politiques au début du 18e siècle.

Supprimer la pub

Advertisement

Le peuple wolof était encore activement impliqué dans le commerce côtier au milieu du 18ème siècle, mais la région devint de plus en plus dominée par les Français à partir du début du 19ème siècle, alors que ceux-ci et d'autres puissances européennes prenaient le contrôle direct par la conquête militaire des parties de l'Afrique qui les intéressaient. La langue wolof, cependant, survécut à l'empire ou au royaume et est aujourd'hui la langue officielle du Sénégal (avec le français) et est largement parlée dans plusieurs autres États d'Afrique occidentale.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, novembre 20). Empire Wolof [Wolof Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18570/empire-wolof/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Empire Wolof." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 20, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18570/empire-wolof/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Empire Wolof." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 nov. 2019. Web. 13 août 2022.

Adhésion