Scipion l'Africain

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 décembre 2011
X

Texte original en Anglais : Scipio Africanus the Elder

Scipio Africanus the Elder (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Scipion l'Africain
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Scipio Africanus Major (alias Scipion l'Africain 236-183 av. JC) reçut son épithète en raison de ses victoires militaires en Afrique qui permirent à Rome de remporter la deuxième guerre punique contre Carthage. Il est également connu sous le nom de Scipion l'Ancien. Il naquit Publius Cornelius Scipio en 236 av. JC. Sa famille était d'origine étrusque et appartenait à la classe supérieure patricienne.

Son père, également Publius Cornelius Scipio, était un consul romain et, en 218 av. JC, il emmena son fils avec lui en campagne pour affronter le grand général carthaginois Hannibal en Italie du Nord. Bien que les auteurs anciens aient rapporté que, dans ses dernières années, Scipion écrivit une autobiographie et de nombreux autres ouvrages, ceux-ci furent perdus et tout ce que nous savons de sa vie sont les détails de ses victoires militaires et ses actions en tant qu'homme d'État.

Supprimer la pub

Advertisement

Les victoires d'Hannibal

Lors de la bataille du Tessin, les troupes d'Hannibal surpassèrent les forces romaines à un tel point que son père fut encerclé. Son fils se lança alors dans la bataille, faisant honte aux troupes romaines qui hésitaient, et il sauva son père. Lors de la bataille de Cannes en 216 av. JC, une défaite désastreuse pour les Romains, Scipion fit l'expérience directe du brio de la tactique d'Hannibal alors que l'armée carthaginoise encerclait et décimait plus de 44 000 soldats romains.

Convaincu qu'Hannibal ne pouvait être vaincu par les arts traditionnels de la guerre, le père de Scipion pensa que la meilleure stratégie était de couper la ligne d'approvisionnement d'Hannibal depuis l'Espagne. Il prit donc son fils et rejoignit son frère, Gnaeus Scipio, qui combattait le frère d'Hannibal, Hasdrubal Barca (l. c. 244-207 av. JC), à la frontière des territoires espagnols de Rome et de Carthage. Le père de Scipion et Gnaeus furent tous deux tués au combat lors de la bataille du Bétis et Scipion retourna à Rome.

Supprimer la pub

Advertisement

La deuxième guerre punique

Les Carthaginois, sous la direction d'Hasdrubal, tenaient désormais l'Espagne sans contestation et le sénat romain ne pouvait tolérer une telle situation. Hannibal avait déclenché la deuxième guerre punique en attaquant la ville de Saguntum, un allié romain, située au sud de l'Èbre en Espagne, et il semblait maintenant que son frère était libre de faire ce qu'il voulait dans toute la région pendant qu'Hannibal traversait les Alpes pour envahir l'Italie.

Le sénat avait besoin d'un général de grande capacité pour l'envoyer contre Hasdrubal mais personne ne voulait de ce poste car la campagne semblait être une condamnation à mort. Bien que n'ayant que vingt-quatre ans et jugé trop jeune pour commander, Scipion se porta volontaire pour le poste et quitta Rome avec 10 000 fantassins et 1 000 cavaliers pour rencontrer les forces d'Hasdrubal, fortes de plus de 40 000 hommes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À LA BATAILLE DE BAECULA, SCIPION VAINQUIT LES FORCES SUPÉRIEURES D'HASDRUBAL ET LE CHASSA DU CHAMP DE BATAILLE EN UTILISANT DES TACTIQUES QU'IL AVAIT APPRISES D'HANNIBAL.

Scipion débarqua en Espagne à l'embouchure de l'Èbre et passa immédiatement à l'action. Il marcha vers Carthago Nova et assiégea la ville qui était considérée comme imprenable en raison de ses solides fortifications et de la défense naturelle d'une lagune (ou marais) qui empêchait toute attaque d'un côté des murs de la ville.

Grâce à des rapports de renseignement recueillis au cours de sa marche, Scipion apprit que la lagune était sujette à une importante baisse de niveau due au flux et au reflux de la marée. Cette vision traditionnelle de la prise de Carthago Nova est contestée, notamment par l'érudit Benedict J. Lowe, qui affirme qu'il est bien plus probable que la "lagune" était un marais salant utilisé par Carthago Nova pour récolter le sel de la mer.

Le niveau d'eau de ce marais aurait été ajusté par des écluses qui laissaient entrer et sortir l'eau du marais et donc Scipion, loin de se fier aux caprices de la marée, n'aurait fait que drainer le marais pour permettre à ses troupes de le traverser. Il comptait sur le fait que les défenseurs de la ville seraient distraits par son assaut sur la porte d'entrée et qu'ils négligeraient également de garder les murs donnant sur le marais, croyant qu'aucune attaque ne pourrait venir de cette direction. Scipion envoya une colonne de 500 soldats à travers les eaux peu profondes qui ouvrirent une brèche dans les murs et prirent la ville.

Supprimer la pub

Advertisement

L'historien romain Tite-Live raconte que, lorsque ses troupes lui présentèrent une belle femme comme prise de guerre, Scipion la refusa gracieusement et la renvoya à son fiancé avec la rançon que sa famille avait versée pour sa libération. Il maintiendra cette pratique de clémence et de gentillesse tout au long de ses campagnes, se présentant, ainsi que Rome, comme des libérateurs plutôt que des conquérants.

La bataille de Baecula

À la bataille de Baecula en 208 av. JC, Scipion vainquit les forces supérieures d'Hasdrubal et le chassa du champ de bataille en utilisant des tactiques qu'il avait apprises d'Hannibal. Hasdrubal quitta l'Espagne et traversa les Alpes pour rejoindre son frère en Italie et mettre fin à la guerre en prenant Rome. Cependant, avant de pouvoir joindre ses forces à celles d'Hannibal, il fut vaincu par une armée romaine sous le brillant commandement de Gaius Claudius Nero (vers 237-c.199 av. JC) à la bataille du Métaure en 207 av. JC. Hasdrubal fut tué au combat et ses forces se dispersèrent. L'Espagne était désormais une colonie de Rome.

Carthage during the Punic Wars
Carthage pendant les guerres puniques
Javierfv1212 (Public Domain)

Scipion demanda alors au sénat romain des provisions et une armée pour marcher sur Carthage même, pensant, à juste titre, que si Carthage était menacée, Hannibal serait rappelé d'Italie pour la défendre. Le sénat romain ayant refusé sa demande, Scipion leva lui-même une armée. Selon l'historien Durant, "Le peuple l'admirait non seulement parce qu'il était beau et éloquent, intelligent et courageux, mais aussi pieux, courtois et juste." Scipion menaça alors le sénat romain d'un appel au peuple romain pour qu'il soutienne sa campagne et ceux-ci, craignant sa popularité, lui donnèrent le commandement de la Sicile. Utilisant la Sicile comme base d'opérations, Scipion envahit l'Afrique du Nord en 205 av. J-C. Allié au roi numide Massinissa, Scipion vainquit Syphax, allié de Carthage, et prit la ville d'Utique. Comme il s'y attendait, Carthage rappela Hannibal d'Italie pour sauver la ville.

Supprimer la pub

Advertisement

Bataille de Zama

À la bataille de Zama, en 202 av. JC, à 80 km au sud de Carthage, Scipion vainquit Hannibal. Ce fut la seule bataille perdue par Hannibal depuis qu'il avait pris le commandement des forces carthaginoises, mais ce fut une défaite décisive. Scipion avait depuis longtemps appris les tactiques d'Hannibal et les connaissait bien. Lorsque Hannibal envoya ses éléphants à l'assaut des lignes romaines, Scipion révéla qu'il les avait formés en colonnes, permettant aux éléphants de passer inoffensivement dans les allées ouvertes par ses rangs.

De plus, il avait demandé à ses musiciens de faire résonner leurs cors et de taper sur les tambours, ce qui fit effraya tellement les éléphants que beaucoup d'entre eux paniquèrent et firent demi-tour pour s'en retourner piétiner les troupes d'Hannibal. Les forces de cavalerie de Massinissa et du vieil ami et général de Scipion, Gaius Laelius, fondirent alors sur la cavalerie carthaginoise, la chassant du champ de bataille et la repoussant au-delà des lignes carthaginoises. Scipion avança alors ses forces, brisa la ligne de front d'Hannibal et, au même moment, la cavalerie de Laelius et de Massinissa revint pour s'abattre sur l'arrière des Carthaginois.

Environ 20 000 Carthaginois furent tués, contre 1 500 Romains. Hannibal se réfugia à Carthage et demanda instamment la reddition, mettant ainsi fin à la deuxième guerre punique. En adaptant les tactiques d'Hannibal, et en utilisant ses propres stratégies contre lui, Scipion changea la façon dont les forces romaines allaient combattre à partir de Zama.

Supprimer la pub

Advertisement

Battle of Zama
Bataille de Zama
Sailko (CC BY-SA)

Accusations du Sénat et retraite

De retour à Rome, les ennemis politiques de Scipion cherchèrent à le harceler par des moyens légaux mesquins, notamment en accusant son frère Lucius d'accepter des pots-de-vin et de détourner des fonds. Scipion déchira les livres de comptes ainsi que l'acte d'accusation et, devant le sénat, demanda pourquoi on se préoccupait tant d'une si petite somme d'argent alors qu'il avait négocié la paix avec Carthage et apporté tant de trésors à Rome.

Les persécutions sénatoriales se poursuivirent contre lui et, vers 185 av. JC, il se retira dans son domaine de Liternum où il mourra en 183 av. JC (la même année que la mort d'Hannibal). Dégoûté par l'ingratitude du gouvernement romain, il laissa des instructions pour être enterré près de son domaine et, selon les auteurs anciens, il fit inscrire sur sa tombe "Patrie ingrate - Tu n'auras même pas mes os".

Scipion l'Africain est considéré, avec Alexandre le Grand, Hannibal et Jules César, comme l'un des plus grands esprits militaires du monde antique. Il ne perdit pas un seul engagement alors que l'armée était sous son commandement et se comporta de manière chevaleresque envers ceux qu'il avait vaincus. En négociant la paix avec Carthage, il lui laissa ses possessions en Afrique, pardonna à Hannibal (ce qui fut en grande partie la cause de ses persécutions ultérieures par les Romains de la classe supérieure) et permit à la ville de garder dix navires de guerre pour protéger son commerce dans la région méditerranéenne.

Ce faisant, il suivait la politique qu'il avait initiée en Espagne, consistant à vaincre les forces hostiles puis à amorcer la guérison par la clémence. Scipion croyait qu'il était favorisé par les dieux et qu'il devait leur rendre cette faveur en menant une vie impressionnante. L'histoire montre qu'il y est parvenu et a laissé le souvenir d'un grand général et d'un homme honorable.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth enseigne l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2011, décembre 19). Scipion l'Africain [Scipio Africanus the Elder]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-410/scipion-lafricain/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Scipion l'Africain." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 19, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-410/scipion-lafricain/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Scipion l'Africain." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 déc. 2011. Web. 24 oct. 2021.